•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Implantation d'un passeport vaccinal : Entrevue avec Vardit Ravitsky

Tout un matin, ICI Première.

Les enjeux éthiques autour du passeport vaccinal

Un passeport, un carnet de vaccination, une carte d'embarquement et des euros.
L’idée du passeport vaccinal est déjà implantée dans certains pays dont Israël. PHOTO : getty images/istockphoto / maxexphoto
Tout un matin, ICI Première.
Tout un matinPublié le 26 février 2021

Le ministre de la Santé Christian Dubé indiquait en point de presse jeudi qu'il songeait à fournir un « passeport » aux Québécois vaccinés contre la COVID-19. Selon des informations obtenues par Sébastien Bovet, il ne serait pas question de l'exiger dans les lieux publics, mais il pourrait être requis pour voyager. En entrevue à Tout un matin, la professeure de bioéthique Vardit Ravitsky qualifie le passeport vaccinal de fausse bonne idée ayant le potentiel d'exacerber les inégalités présentes dans notre société.

« Cette idée est mauvaise si ça devient une barrière d’accès à n’importe quoi. » Vardit Ravitsky affirme que le passeport vaccinal peut être justifié pour des voyages à l’étranger, mais qu’il peut être discriminatoire s’il est utilisé dans n’importe quel contexte à l’intérieur du pays.

La professeure de bioéthique à l'École de santé publique de l'Université de Montréal explique en quoi son application peut devenir très complexe.