•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Tout un matin, ICI Première.
Tout un matin, ICI Première.
Rattrapage du 15 févr. 2021 : Forme longue de la COVID-19, et l'enquête du coroner dans les CHSLD

Traiter la forme longue de la COVID-19 : Entrevue avec la Dre Emilia Liana Falcone

Nouvelle clinique québécoise pour élucider le mystère de la longue COVID

Publié le 15 février 2021
Une femme sent une tulipe au travers d'un masque de protection.
Chez certaines personnes, la COVID-19 peut altérer les odeurs et le goût des aliments.PHOTO : getty images/istockphoto / mediamasmedia

La forme longue de la COVID-19 continue d'intriguer la communauté scientifique. Des milliers de personnes atteintes du virus en ressentent encore les symptômes des mois après avoir été déclarées rétablies. « On parle de fatigue chronique, de séquelles neurologiques comme la perte de l'odorat, de problèmes de goût... On a des patients qui ont des problèmes respiratoires ou de sommeil, [...] des complications comme une insuffisance rénale ou avec le contrôle des glycémies », explique la Dre Emilia Liana Falcone. Celle qui dirige la première clinique québécoise spécialisée en la matière nous explique quels patients y trouvent les soins qu'ils espèrent.

« Ce qu'on peut voir dans les études en Chine, c'est que des complications pour des symptômes respiratoires peuvent durer jusqu'à 3 mois après l'infection. »

—  Dre Emilia Liana Falcone, directrice de l’Unité de recherche en microbiome et défenses mucosales à l’Institut de recherches cliniques de Montréal (IRCM) et infectiologue au CHUM