•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Rapport final sur la mort de la baleine à bosse : Entrevue avec Stéphane Lair

Tout un matin, ICI Première.
Rattrapage du 27 janv. 2021 : Décriminaliser les drogues, et nécropsie d'une baleine

Rapport final sur la mort de la baleine à bosse : Entrevue avec Stéphane Lair

À court d’explications pour élucider la mort de la baleine de Montréal

La queue d'une baleine à bosse sort de l'eau.
À Montréal, la baleine à bosse a été aperçue dans les eaux du fleuve Saint-Laurent le week-end dernier.PHOTO : Réseau québécois d'urgence pour les mammifères marins
Tout un matin, ICI Première.
Tout un matinPublié le 27 janvier 2021

Le mystère demeure entier sur ce qui a pu causer la perte d'une baleine à bosse dans les eaux montréalaises, en juin 2020. La nécropsie pratiquée sur le cadavre du cétacé n'a pas permis de conclure à une collision mortelle avec un navire, comme il était soupçonné à l'époque. L'hypothèse, qui fait partie d'une série de scénarios potentiels, n'est pas écartée pour autant, selon le professeur Stéphane Lair.

« C’est très difficile d’en savoir plus, dit-il. C’est comme si je vous donnais la photo d’un film et que je vous demandais d’en raconter l’histoire. Nos connaissances sont assez limitées à ce sujet. »

Les experts du Centre québécois sur la santé des animaux sauvages et du Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins (RQUMM) se sont penchés sur la bête retrouvée le 7 juin à Varennes.

Une baleine flotte sur les eaux, immobile. Près d'elle, deux hommes dans une embarcation.

Une baleine dérive lentement devant l’île Beauregard, à proximité de Verchères.

Radio-Canada / Ivanoh Demers

Les effets pervers de l’eau douce

Une des hypothèses pour expliquer le décès de la femelle concerne l’eau du fleuve Saint-Laurent. Rattaché à la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal, le professeur Lair révèle que l’effet prolongé de l’eau douce sur la peau de l’animal a pu lui être néfaste.

« L’étude a démontré qu’il y avait des lésions cutanées marquées sur l’animal, mentionne-t-il. Ces lésions auraient pu entraîner un certain déséquilibre dans son sang et causer sa mort. »

Partir à la recherche de nourriture

Les chercheurs n’ont pu expliquer la présence de l’animal en eaux si peu familières.

Stéphane Lair explique que les membres d’une espèce ont parfois un comportement exploratoire afin de trouver de la nourriture.

« Les individus moins expérimentés se lancent à la recherche de nouvelles aires d’alimentation. Ça fonctionne parfois, mais dans le cas de cette baleine, ça s’est mal terminé. »