•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Abattage de chevreuils à Longueil : Entrevue avec Pierre Gingras

Tout un matin, ICI Première.
Rattrapage du 11 nov. 2020 : Trop de chevreuils à Longueuil et l'aération dans les classes

Abattage de chevreuils à Longueil : Entrevue avec Pierre Gingras

Longueuil doit-elle abattre la moitié des cerfs du parc Michel-Chartrand?

Un panneau routier indiquant la présence de chevreuils.
Des dizaines d'accidents impliquant des chevreuils surviennent chaque année à Longueuil. PHOTO : Radio-Canada
Tout un matin, ICI Première.
Tout un matinPublié le 11 novembre 2020

La Ville de Longueuil a annoncé hier qu'elle devra abattre la moitié des 32 cerfs de Virginie présents dans le parc Michel-Chartrand. Leur surpopulation menace la végétation et la survie de l'espèce dans le parc : « Les gens trouvent triste d'apporter [une partie des chevreuils] pour les éliminer, mais ces pauvres chevreuils vont finir de la même façon [si on les déplace en milieu rural]. Ils vont se faire tirer par les chasseurs. Il s'abat environ 40 000 chevreuils par année pour la bonne et unique raison que le plan de gestion du ministère [est] d'éliminer le plus de chevreuils possibles parce qu'il y en a un peu trop », explique Pierre Gingras, journaliste spécialisé en écologie.

« Stériliser, c’est comme la capture, [ça représente] des budgets considérables. Bien sûr, c’est un choix de société, mais vous vous rendez compte, à long terme? Je pense que la société n’a pas les moyens de se permettre ça. »

—  Pierre Gingras, journaliste spécialisé en écologie