•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Urgence psychosociale-justice : Entrevue avec Jason Champagne

Tout un matin, ICI Première.

UPS-Justice : des intervenants dans les rues de Montréal pour éviter le pire

Un passant devant une murale illustrant une femme qui pleure.
Un passant devant une murale illustrant une femme qui pleure.PHOTO : Radio-Canada / Ivanoh Demers
Tout un matin, ICI Première.
Tout un matinPublié le 3 novembre 2020

L'attaque d'une rare violence perpétrée à Québec impose un débat sur les ressources qui existent pour les personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale. De quelles initiatives faut-il s'inspirer? Dans la métropole, une équipe prend déjà en charge ces situations complexes : « Notre mandat, c'est d'éviter la judiciarisation des personnes dans les cas où la santé mentale est en cause dans la commission d'un délit. On veut s'assurer de trouver des solutions alternatives », explique Jason Champagne, qui dirige Urgence psychosociale-justice (UPS-J), une équipe d'intervenants psychosociaux sur le terrain depuis 25 ans.

« Il ne faut pas que les gens hésitent à demander de l'aide. Allez vers votre CLSC, parlez à votre médecin, les références vers les équipes de santé mentale doivent se faire, et nous, on a l'obligation de vous offrir des services le plus rapidement possible. »

—  Jason Champagne, directeur en santé mentale et dépendance au CIUSS du Centre-Sud-de-l'île-de-Montréal