•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Tout un matin, ICI Première.
Tout un matin, ICI Première.
Rattrapage du 14 sept. 2020 : Les droits des antimasques, et le décès d'Aline Chrétien

Les droits des personnes antimasques : Entrevue avec Patrick Taillon

Quels sont les droits des citoyens antimasques?

Publié le 14 septembre 2020
Une foule de personnes, sans masque, manifeste.
En plus d'être contre le port du masque obligatoire, de nombreux manifestants réunis à Montréal scandaient des slogans anti-vaccin.PHOTO : The Canadian Press / Graham Hughes

Près de 10 000 personnes ont manifesté contre le port du masque, samedi, à visage découvert et sans respecter la distanciation sociale. Jusqu'où s'étend le droit de se rassembler pendant la pandémie? « Ces gens-là ont un discours souvent déconnecté du réel, mais derrière tout ça, il y a un cri du cœur et une perte de confiance dans le système. Leur coller des amendes et les arrêter, c'est aussi les conforter dans leur impression que le système exagère », souligne Patrick Taillon, professeur à la Faculté de droit de l'Université Laval.

Dire « j'ai le droit »
Si les manifestants citent leurs « droits et libertés » pour revendiquer le droit de manifester, néanmoins, en pratique, « ça ne signifie pas grand-chose », explique Patrick Taillon. Celui-ci rappelle que le contexte de pandémie peut amener les autorités à limiter et à baliser les rassemblements.

« Est-ce que les policiers auraient pu intervenir? Oui. Est-ce que ça aurait été utile de le faire? J'en doute. Une voie plus logique serait d'encadrer la manière dont la manifestation se déroule. Ça me semble moins attentatoire de dire : "Si vous voulez manifester, c'est l'ironie du sort, mais vous allez devoir respecter la distanciation et, surtout, porter le masque. »

—  Patrick Taillon, professeur à la Faculté de droit de l'Université Laval