•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Tout un matin, ICI Première.
Tout un matin, ICI Première.
Rattrapage du 17 juin 2020 : Retour à l'école à l'automne et la deuxième vague de COVID-19

Société avec Isabelle Craig : Le mouvement Vieillir à domicile

« C'est à domicile que les gens veulent demeurer... jusqu'à leur mort, si possible. »

Publié le 18 juin 2020
Plan rapproché sur des mains d'une personne âgée en train de tricoter. Quatre crochets de tricot permettent de tricoter la laine.
La possibilité de vieillir à domicile et d'y recevoir directement nos soins est discutée par les politiciens depuis des décennies. PHOTO : Radio-Canada

Toute l'année, Isabelle Craig vous a présenté des citoyens « qui ont du guts ». Elle consacre un des derniers reportages de la saison à deux amies gérontologues à la retraite qui ont mis sur pied le mouvement Vieillir chez moi, c'est gagnant. Indignées par la récente dérive des CHSLD qui reçoivent pourtant de nombreuses critiques depuis des années, elles invitent la population à se prononcer sur l'envie de vieillir à la maison et d'y recevoir les soins nécessaires.

« On sait depuis longtemps que c'est à domicile que les gens veulent demeurer... jusqu'à leur mort, si possible. Rien ne se fait... Il y a une vingtaine d'années, on semblait être sur la bonne voie et il y a eu un dérapage. »

—  Pauline Gervais, instigatrice du mouvement Vieillir à domicile

« Nous implorons le gouvernement d'opérer un changement dans l'organisation et le financement des services aux personnes âgées pour que nous, les personnes âgées du Québec et celles qui le deviendront bientôt, puissions continuer à vieillir dans notre domicile et dans notre communauté le plus longtemps possible. »

—  Extrait du site web Vieillir chez moi, c'est gagnant