•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Tout un matin, ICI Première.
Tout un matin, ICI Première.
Rattrapage du 17 juin 2020 : Retour à l'école à l'automne et la deuxième vague de COVID-19

Le point sur la pandémie avec Tarik Jašarevic, porte-parole de l’OMS

Une deuxième vague de COVID-19 est évitable, selon l’OMS

Publié le 17 juin 2020
Tedros Adhanom Ghebreyesus parle dans un micro devant un immense logo des Nations unies.
Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus. PHOTO : Associated Press / Martial Trezzini

Une centaine de nouveaux cas de COVID-19 ont été recensés à Pékin. « Si les pays mettent en place des mesures pour essayer de contenir les nouvelles infections, on n'aura pas besoin de vivre une nouvelle vague », précise cependant Tarik Jašarević, porte-parole de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Alors que cette dernière rappelle aux pays qui en sont membres qu'ils doivent rester attentifs à une possible résurgence de la maladie, Patrick Masbourian en profite pour demander au porte-parole comment avance le développement d'un vaccin.

« Ceux qui n’ont pas été infectés sont toujours susceptibles [d’attraper le virus]. Les mouvements de population à l’intérieur et à l’extérieur d’un pays peuvent représenter un risque d’importation ou d’exportation vers des pays qui ont peut-être fait un très bon travail jusque-là. De là l’importance d’avoir un système de santé qui est prêt à réagir vite. »

—  Tarik Jašarević, porte-parole de l’Organisation mondiale de la santé

« Il y a tout un travail qui a déjà commencé pour imaginer le processus de distribution [d’un vaccin contre la COVID-19]. Il y a plus de 100 vaccins candidats qui sont étudiés, dont une dizaine dans la première phase d’essais cliniques sur les humains. Mais nous, on a insisté dès maintenant pour travailler sur des mécanismes qui vont permettre la production de masse et la distribution équitable, pour que le vaccin devienne un bien public disponible à tout un chacun. »

—  Tarik Jašarević, porte-parole de l’Organisation mondiale de la santé