•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Subvention pour l’Institut de cardiologie de Mtl avec le Dr Jean-Claude Tardif

Tout un matin, ICI Première.
Rattrapage du 13 mai 2020 : Imposer le port du masque et des Québécois cherchent un traitement contre la COVID-19

Subvention pour l’Institut de cardiologie de Mtl avec le Dr Jean-Claude Tardif

La Fondation Bill et Melinda Gates subventionne des chercheurs québécois qui souhaitent traiter la COVID-19

Le cardiologue Jean-Claude Tardif
Le cardiologue Jean-Claude Tardif pense trouver dans la colchicine un remède à la COVID-19.PHOTO : CATALIS
Tout un matin, ICI Première.
Tout un matinPublié le 13 mai 2020

L'institut de cardiologie de Montréal a reçu une subvention de 3 millions de dollars de la Fondation de Bill et Melinda Gates pour son vaste chantier de recherche sur les effets de la colchicine dans la lutte contre la COVID-19. Un appui de taille qui s'ajoute à ceux des Instituts américains de la santé et du gouvernement du Québec. Le docteur Jean-Claude Tardif nous explique ce que cette aide représente quant à l'atteinte de son objectif, celui de stopper la tempête inflammatoire que la COVID-19 entraîne.

Un vent de confiance
Le Dr Jean-Claude Tardif souligne que les bases scientifiques de l'étude sont extrêmement solides et il affirme que toute son équipe demeure très optimistes.

« Je vous dirais que le comité qui regarde l’étude est extrêmement crédible. [Ses membres] sont des humains comme vous et moi et ils voient les gens qui souffrent. Je ne serais pas surpris qu'ils soient prêts à être un peu plus "libéraux" pour donner des résultats [rapidement]. Maintenant, il faut doser ça avec l’autre ingrédient : si après tous les efforts que les participants et l’équipe de recherche ont faits, on arrivait avec des résultats qui ne sont pas approuvés par Santé Canada et la FDA aux États-Unis, on serait critiqués également. »

—  Dr Jean-Claude Tardif, directeur du Centre de recherche de l'Institut de cardiologie de Montréal