•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Remdesivir et partys de COVID-19 : Entrevue avec la Docteure Caroline Quach

Tout un matin, ICI Première.
Rattrapage du 30 avr. 2020 : Éviter le « party COVID » et Roméo Dallaire sur la métaphore guerrière

Remdesivir et partys de COVID-19 : Entrevue avec la Docteure Caroline Quach

Attraper volontairement la COVID-19 est une mauvaise idée, selon une épidémiologiste

Des amis se font un câlin.
Certaines personnes se rassemblent avec une personne atteinte de la COVID-19 en espérant attraper le virus.PHOTO : Getty Images / Recep Buyukguzel
Tout un matin, ICI Première.
Tout un matinPublié le 30 avril 2020

Lors d'un « party de COVID », l'objectif est simple : s'exposer volontairement à une personne contaminée par le coronavirus pour l'attraper et passer à autre chose. La Dre Caroline Quach est catégorique : il ne faut ni organiser ni assister à un tel rassemblement, notamment parce qu'on ne sait pas encore comment traiter les complications liées à la COVID-19.

Un pari dangereux
L'infectiologue de l'unité de prévention et contrôle des infections au CHU Sainte-Justine compare le phénomène à celui du mythique « party de varicelle », déjà controversé et risqué.

« [La varicelle], on sait que les enfants qui la développent assez jeunes l'ont de façon très bénigne et sont ensuite protégés pour la vie. [Quant aux rassemblements de COVID], j'imagine que ce sont des adultes qui s'exposent. On ne sait pas exactement ce qui va arriver et pendant combien de temps ils seront protégés. On essaie de rouvrir [la société], mais prudemment, par petits groupes, pour qu'il n'y ait pas trop de transmission. »

—  Dre Caroline Quach, microbiologiste-infectiologue, pédiatre, épidémiologiste et médecin responsable de l’unité de prévention et contrôle des infections au CHU Sainte-Justine

Au cours de l'entrevue, il est également question du remdesivir et de ses possibles effets sur la COVID-19.