•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Tout un matin, ICI Première.
Tout un matin, ICI Première.
Rattrapage du 20 avr. 2020 : Être non-voyant pendant la pandémie et la tuerie en Nouvelle-Écosse

Société avec Isabelle Craig : Être non voyant en temps de pandémie

Non-voyant en période de pandémie : le parcours du combattant

Publié le 20 avril 2020
Le bout de la canne blanche d'une personne aveugle
Marcher en ville est un casse-tête pour les non-voyants pendant la crise de la COVID-19. PHOTO : iStock

Se déplacer en ville avec une déficience visuelle est déjà un défi en soi, mais le faire en respectant les mesures de distanciation sociale relève presque du miracle. Plus encore, les initiatives comme le Guide autosoins ou Le Panier bleu ont été lancées sans que l'accès en soit facilité pour les non-voyants. Si la COVID-19 est décrite comme une menace invisible, force est de constater que la vision aide à s'en protéger et que les personnes qui vivent avec un handicap visuel ont besoin qu'on adapte les mesures sanitaires à leur réalité.

« Comment je fais pour mesurer qu’il y a deux mètres en vous et moi? C’est vraiment difficile et les gens ne comprennent pas. On a vu des personnes handicapées visuelles se faire littéralement chicaner par des gens parce qu’elles ne respectaient pas la distanciation. Il faut comprendre qu’on ne peut pas le savoir. »

—  Pascale Dussault, directrice générale du Regroupement des aveugles de Montréal