•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Tout un matin, ICI Première.
Tout un matin, ICI Première.
Rattrapage du 25 mars 2020 : Surveillance des citoyens et la méthode Trump contre la COVID-19

Données de géolocalisation pour la santé publique : Entrevue avec Mélanie Millette

Et si le gouvernement utilisait vos cellulaires pour mesurer la distance sociale des citoyens?

Publié le 25 mars 2020
Visualisation d'une pandémie.
Comment concilier la sécurité publique et le respect de la vie privée dans un contexte de pandémie?PHOTO : getty images/istockphoto / peterhowell

Faut-il utiliser nos données de géolocalisation pour s'assurer que les gens respectent les consignes de distanciation sociale? C'est ce qu'a suggéré le maire de Toronto, John Tory, plus tôt cette semaine, avant de se rétracter. La professeure en communication Mélanie Millette souligne qu'il s'agirait d'une brèche dans nos libertés individuelles « à ne pas prendre à la légère ».

« C'est toute la question de restreindre les libertés individuelles versus le bien commun. C'est déjà le cas avec les logiques de confinement volontaire, mais il faut être conscient que si on explorait cette option-là, ce serait une brèche importante par rapport à la surveillance. Le gros problème que je vois, c'est une surveillance commandée par l'État à des fins de coercition. »

—  Mélanie Millette, professeure au Département de communication sociale et publique de l'UQAM