•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Tout un matin sur ICI Première.
Tout un matin sur ICI Première.
Rattrapage du 5 mars 2020 : Yves Joli-Cœur, Marianne Plamondon et Camil Bouchard

Airbnb, des dommages punitifs exemplaires : Entrevue avec Me Yves Joli-Coeur

Des locataires condamnés à payer plus de 50 000 $ pour avoir loué leur logement sur Airbnb

Publié le 5 mars 2020
Un doigt touchant un écran sur lequel on voit la page d'accueil d'Airbnb.
Le site Internet d'AirbnbPHOTO : Getty Images / John MacDougall

En janvier dernier, le quotidien montréalais The Gazette rapportait que des locataires d'un complexe de condos au centre-ville de Montréal avaient été condamnés à payer plus de 50 000 $ pour avoir loué leur logement sur la plateforme Airbnb alors qu'il était interdit de le faire dans le complexe. Ce jugement pourrait éventuellement servir de jurisprudence pour dissuader d'autres locataires à faire de même, puisqu'il s'agit d'une « problématique récurrente », selon le secrétaire général du Regroupement des gestionnaires et des copropriétaires, Yves Joli-Cœur.

« On perd de vue que la copropriété, c’est un logement collectif. On partage des lieux communs, que ce soit une piscine [ou] un hall d’entrée. On partage également notre sécurité, parce que lorsque des gens entrent dans le logement sans qu'on sache qui [ils sont], on [peut] avoir d’autres types d’incidents. »

—  Me Yves Joli-Cœur, secrétaire général du Regroupement des gestionnaires et des copropriétaires du Québec et associé principal du cabinet de Grandpré Joli-Coeur