•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Tout un matin sur ICI Première.
Tout un matin sur ICI Première.
Rattrapage du 28 janv. 2020 : Les écoles démocratiques et l'élargissement de l'aide médicale à mourir

Forum sur l’élargissement de l’aide médicale à mourir : Entrevue

Se sentir coupable de refuser l’aide médicale à mourir

Publié le 28 janvier 2020
Plan serré d'une femme atteinte d'Alzheimer.
Les patients atteints d'Alzheimer se sentent souvent coupables de la charge de temps que leurs familles leur consacrent.PHOTO : getty images/istockphoto / Bombaert

Dans un monde où l'aide médicale à mourir serait accessible aux personnes atteintes d'alzheimer, est-ce que les malades qui souhaitent se rendre jusqu'au bout vont se considérer davantage comme un fardeau pour leurs proches? C'est la question que pose Blandine Prévost, cette mère de trois enfants qui avait ému tout le Québec en racontant l'impact d'un diagnostic d'alzheimer précoce.

« Je ne suis pas venue au Québec juger ou dire quoi faire. Je dis juste : comment allez-vous faire pour ne pas [attiser] la culpabilité [qui provient] de la dépendance qu’on impose à notre entourage, si la porte vers l’aide médicale à mourir est plus "sexy” que celle vers la mort naturelle? »

—  Blandine Prévost, mère de trois enfants atteinte de la maladie d’Alzheimer depuis 10 ans et cofondatrice de la fondation « AMA Diem »