•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Tout un matin, ICI Première.
Tout un matin, ICI Première.
Rattrapage du 25 nov. 2019

L’attentat de Polytechnique, 30 ans plus tard : Entrevue avec Pascale Devette

Tuerie de Polytechnique : un professeur attend 30 ans avant de témoigner

Publié le 25 novembre 2019
Une jeune fille tient une fleur.
Chaque année, le triste anniversaire de la tuerie de Polytechnique est commémoré partout au Canada. PHOTO : toronto star via getty images / Carlos Osorio

Un des deux professeurs présents dans la classe où Marc Lépine a fait irruption lors de la tuerie de Polytechnique vient tout juste de briser le silence. Lancé afin de souligner le 30e anniversaire de la tragédie, le balado Entre mémoires et silences offre un puissant – et rare – témoignage.

Réalisé par Pascale Devette, petite-nièce du professeur Yvon Bouchard, présent lors de l'événement, ce balado vise à réfléchir aux différentes formes de violences subies par les femmes. Celle qui enseigne les sciences politiques à l’Université de Montréal considère que la discussion amorcée après la tuerie demeure inachevée, car les mots ne suffisent pas toujours.

« Ma mère m’expliquait que mon grand-oncle vivait une période difficile. J’ai appris à comprendre [la tuerie] à travers son silence à lui. Certains événements traumatiques ne peuvent être racontés avec des mots. Ça prend une forme d’écoute qui n'est pas rationnelle, mais qui laisse la personne s’exprimer au-delà des mots. Mon grand-oncle prend le temps d’exposer que, pour comprendre l’événement, il faut comprendre la structure des bâtiments de Polytechnique, et l'on comprend que, pour lui, c’est une manière de rationaliser. »

—  Pascale Devette, professeure en science politique à l’Université de Montréal