•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les limites de la loi 113 : Entrevue avec Caroline Fortin

Tout un matin, ICI Première.
Audio fil du jeudi 5 septembre 2019

Les limites de la loi 113 : Entrevue avec Caroline Fortin

Des enfants adoptés déçus d'une loi facilitant la découverte de leurs parents biologiques

Des silhouettes d'une femme, d'un homme et d'un enfant, la silhouette du père étant en pointillé.
La loi 113, adoptée en juin 2018, permet aux orphelins ou enfants adoptés de pouvoir connaître l’identité de leurs parents biologiques. PHOTO : iStock
Tout un matin, ICI Première.
Tout un matinPublié le 5 septembre 2019

Certains orphelins ou enfants adoptés ont d'abord pensé que la loi 113 faciliterait la découverte de l'identité de leurs parents biologiques. Plusieurs d'entre eux ont déchanté depuis : la présidente du mouvement Retrouvailles Caroline Fortin affirme maintenant que le droit de veto qu'ont les parents biologiques sur le dévoilement de leur identité nuira aux recherches.

« Oui, il y a des processus [afin d'informer les parents biologiques] qui ont été mis en place, mais c'est très ardu comme travail. On est à se demander si le gouvernement va mettre le temps pour localiser ces gens-là, parce que ça va prendre une éternité. »

—  Caroline Fortin, présidente du mouvement retrouvailles

Le mouvement Retrouvailles demande que les enfants puissent avoir accès à l’information quant à leurs parents biologiques, en signant en contrepartie une décharge relevant le fardeau de l’exactitude des renseignements donnés par le gouvernement. Selon Caroline Fortin, les enfants qui effectuent ce genre de recherches peuvent mener leurs propres recherches afin de faire les vérifications qui s’imposent.

« On nous a promis un buffet, et maintenant, on nous offre une soupe froide. »

—  Caroline Fortin, présidente du mouvement retrouvailles