•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Duo Paul Journet et Melissa Mollen Dupuis : Le français de la gouverneure générale

Tout un matin, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 25 nov. 2021 : Le bilinguisme des gouverneurs généraux, et la nouvelle voix du REM

Duo Paul Journet et Melissa Mollen Dupuis : Le français de la gouverneure générale

Paul Journet et Melissa Mollen Dupuis débattent du bilinguisme de la gouverneure générale

Mary Simon lit le discours du Trône, assise dans un fauteuil.
La gouverneure générale, Mary Simon, lors de son premier discours du Trône. PHOTO : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick
Tout un matin, ICI Première.
Tout un matinPublié le 25 novembre 2021

Le sénateur conservateur Claude Carignan a déposé un projet de loi à la Chambre des communes afin d'exiger que le poste de gouverneur général du Canada soit octroyé à une personne qui parle les deux langues officielles. Melissa Mollen Dupuis s'insurge contre cette définition du bilinguisme. Pour elle, les propos du sénateur Carignan avaient des réminiscences de « speak white » à l'endroit de Mary Simon, qui parle inuktitut et anglais.

La militante pour les droits des Autochtones fait valoir en ce sens que Mary Simon est bilingue et rappelle qu’elle s’est engagée à apprendre le français.

« Ça m’a ramenée directement à l’expérience vécue par des milliers d’enfants autochtones dans les pensionnats, et comme moi dans les écoles de jour. On nous ridiculisait [quand on essayait d’apprendre l’anglais ou le français] à cause de notre accent autochtone. »

— Une citation de  Melissa Mollen Dupuis

Pour sa part, le chroniqueur à La Presse Paul Journet pense que la proposition de Claude Carignan est en continuité avec les réformes qui ont exigé le bilinguisme dans les deux langues officielles pour d’autres postes d’officier du Parlement.

« Quand Justin Trudeau laissait entendre qu’il avait un choix à faire entre le bilinguisme et une première femme autochtone [au poste de gouverneur général], sûrement qu’on aurait pu choisir les deux quand même. »

— Une citation de  Paul Journet