•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Miel des 3 Rivières a perdu 60 % de ses abeilles

Toujours le matin, ICI Première
Rattrapage du lundi 9 mai 2022

Miel des 3 Rivières a perdu 60 % de ses abeilles

Un parasite tue un grand nombre d'abeilles

Des abeilles sur un plateau d'alvéoles.
Les abeilles ont été attaquées en grand nombre par le parasite varroa.PHOTO : Radio-Canada
Toujours le matin, ICI Première
Toujours le matinPublié le 9 mai 2022

Raphaël Fort doit prendre une lourde décision : diviser son cheptel d'abeilles pour tenter de rebâtir ses colonies ou miser une production de miel moins grande avec un cheptel décimé. La saison s'annonce difficile pour l'apiculteur avec la perte de 60 % de ses abeilles depuis la dernière saison.

 C’est catastrophique. La mortalité est trois fois plus élevée qu’à l’habitude. C’est la survie de l'entreprise qui est en jeu , mentionnait M. Fort de Miels des 3 Rivières en entrevue à l’émission Toujours le matin.

La chaleur persistante et l’été prolongé de 2021 sont à l'origine du problème. Ces conditions ont permis à un parasite, le varroa, de proliférer et d’attaquer les abeilles en plus grand nombre.  Toutes les ruches ont du varroa , précise M. Fort.  Habituellement, on arrive à contrôler l’infestation, mais ç’a été impossible l’été dernier. Le traitement utilisé était plus ou moins efficace. 

Des solutions existent, mais aucune n’est idéale et aucune n'est sans risque. D’une centaine de ruches, l'entreprise Miels des 3 Rivières se retrouve avec 35 cette année.  On doit faire un pari. Est-ce qu’on garde les 35 ruches en espérant faire le maximum de miel sans trop augmenter le cheptel ou on divise des ruches en deux et on partage le cheptel, mais les ruches font, à ce moment, deux fois moins de miel… Comme on ne connaît pas la météo pour cet été, on ne sait pas quelle est la meilleure décision à prendre , exposait M. Fort.

Chose certaine, la production sera moins grande cette année pour plusieurs apiculteurs et l’impact se fera sentir aussi sur le prix du miel local.