•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Jean-François Roberge  :  quel sera le plan au retour des fêtes

Toujours le matin, ICI Première
Rattrapage du lundi 23 novembre 2020

Jean-François Roberge  :  quel sera le plan au retour des fêtes

Pas encore de plan pour après les Fêtes, dit le ministre de l'Éducation

Jean-François Roberge à l'Assemblée nationale.
Le ministre de l'Éducation du Québec, Jean-François Roberge, répond aux questions de l'opposition sur la qualité de l'air dans les écoles, lors de la période de questions jeudi.PHOTO : La Presse canadienne / Jacques Boissinot
Toujours le matin, ICI Première
Toujours le matinPublié le 23 novembre 2020

Le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, veut attendre après les Fêtes avant de faire des changements aux mesures en place dans les écoles, notamment en matière d'échec scolaire.

La semaine dernière, le professeur Égide Royer, membre d’un comité d’experts mis sur pieds par Québec, estimait primordial de nommer une personne par école dont la tâche serait d’identifier les élèves qui se dirigent vers une situation d’échec ou qui sont déjà dans une telle situation, ainsi que ceux qui sont à risque de décrocher.

On n’a pas arrêté notre choix sur des mesures supplémentaires qui peuvent s’appliquer dès le retour de janvier. On continue de consulter M. Royer, entre autres, et plusieurs autres personnes qui sont directement dans les écoles pour voir quelle est l’ampleur des retards, a affirmé le ministre à Toujours le matin.

Selon lui, il faut évaluer la situation dans les écoles individuellement.

Je ne suis pas certain que c’est exactement la même solution dans toutes les écoles. Nous, ce qu’on veut absolument s’assurer, c’est de donner les fonds nécessaires pour que les écoles aient les ressources, si on sent qu’on a besoin de compléter la tâche d’un orthophoniste ou d’un orthopédagogue pour qu’il y ait plus d’heures à donner aux élèves en difficultés dans une école.

Le ministre n’a pas précisé la façon dont le gouvernement allait s’y prendre pour permettre aux établissements d’enseignement d’adapter leurs ressources. Tout est à l’étude, a-t-il affirmé.

Jean-François Roberge a dit attendre de voir quelles initiatives les écoles auront mises en place et si elles ont les moyens financiers de les appliquer.

De plus, il a souligné que tout est en place pour maximiser le rattrapage, alors qu’un bulletin scolaire a été retiré pour réduire le nombre d’évaluations et augmenter les heures d’enseignement.