•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Licenciement chez Marmen  :  est-ce inquiétant ?

Toujours le matin, ICI Première
Rattrapage du mardi 29 septembre 2020

Licenciement chez Marmen  :  est-ce inquiétant ?

Premier licenciement massif chez Marmen depuis 2002

Des tours d'éoliennes à l'usine Marmen de Trois-Rivières
Des tours d'éoliennes à l'usine Marmen de Trois-RivièresPHOTO : ICI Radio-Canada/Claude Brunet
Toujours le matin, ICI Première
Toujours le matinPublié le 29 septembre 2020

L'usine Marmen de Trois-Rivières licencie une trentaine d'employés. Il s'agit d'une première depuis 2002. La direction, qui n'entrevoit pas de relance de ce secteur de l'économie dans les six mois, dit devoir adapter sa production à un carnet de commandes moins garni.

En entrevue à Toujours le matin, le vice-président exploitation de Marmen, Vincent Trudel, cible trois changements dans ce secteur de l’économie pour expliquer la situation.

D’abord, le marché de l’éolien s’est déplacé vers le sud des États-Unis.  Tout ça occasionne des frais et ça devient difficile de compétitionner , mentionne-t-il.

La pandémie freine, par ailleurs, plusieurs investissements. La troisième contrainte émane d’une taxe de 6 % imposée par les États-Unis sur les tours d’éoliennes, suivant une plainte d’un compétiteur américain de Marmen.

 Le marché local est très faible pour l'éolien alors, depuis quelques années, nous sommes très dépendants du marché américain , résume M. Trudel.

Si, à court terme, les jours ne sont pas florissants pour Marmen, la direction est plus optimiste lorsqu’elle se projette dans le temps.  À long terme, la relance verte va être là. Tous les gouvernements mondiaux en parlent et le marché de l’éolien fait partie de cette relance verte , estime Vincent Trudel.

Les 30 licenciements seront effectifs le 22 novembre. Les employés de Trois-Rivières ont appris la nouvelle hier après-midi, tout comme leurs 55 collègues de l’usine de Matane qui subiront le même sort.