•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Amina Chaffai sur l'affaire Jean Boulet

Toujours le matin, ICI Première
Rattrapage du jeudi 29 septembre 2022

Amina Chaffai sur l'affaire Jean Boulet

Chronique d'Amina Chaffai : les propos controversés de Jean Boulet décortiqués

Le premier ministre du Québec, François Legault debout à côté du ministre Jean Boulet
Le ministre de l'Immigration, Jean Boulet a déclaré que 80% des immigrants s'installaient à Montréal, ne travaillaient pas, ne parlaient pas français ou n'adhéraient pas aux valeurs de la société québécoise.PHOTO : La Presse canadienne / Jacques Boissinot
Toujours le matin, ICI Première
Toujours le matinPublié le 29 septembre 2022

Pendant un débat entre les candidats de la circonscription de Trois-Rivières, diffusé à ICI Mauricie Centre-du-Québec, Jean Boulet a affirmé que « 80 % des immigrants s'en vont à Montréal, ne travaillent pas, ne parlent pas français ou n'adhèrent pas aux valeurs de la société québécoise ».

Dans sa chronique quotidienne à l’émission Toujours le matin, Amina Chaffai a décortiqué la déclaration controversée du ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l'Intégration. Elle croit que Jean Boulet voulait camper sa solution de la régionalisation de l’immigration en faisant cet énoncé.

« Ce que j’ai compris de sa réponse, c’est que parmi les 80 %, il y en a qui ne travaillent pas, il y en a qui ne parlent pas français et il y en a qui n'adhèrent pas aux valeurs québécoises. »

— Une citation de  Amina Chaffai, chroniqueuse à Toujours le matin

Une conséquence disporportionnée? 

François Legault a déploré les propos du candidat caquiste dans Trois-Rivières, Jean Boulet. Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) croit qu'ils le disqualifient comme ministre de l'Immigration. Amina Chaffai juge cependant que la plupart des controverses liées à l’immigration depuis le début de la campagne électorale ont été causées par François Legault, lui-même. Mercredi, le chef de la Coalition avenir Québec affirmait qu'il faut s'en tenir au seuil d'immigration proposé par son parti, à savoir 50 000 immigrants par an dès 2023, et qu'il serait un peu suicidaire d'accepter davantage de nouveaux arrivants.

Est-ce ce que c’est un jeu politique? Est-ce qu’il a voulu camoufler sa gaffe de "suicide de la nation" en sacrifirant un de ses ministres , s'est questionnée Amina Chaffai.