•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Une usine de production de xylitol à Thurso

Sur le vif, ICI Première.
Audio fil du jeudi 12 juillet 2018

Une usine de production de xylitol à Thurso

Le xylitol est-il bon ou mauvais pour la santé?

Du xylitol et une branche de bouleau.
Le xylitol est un substitut du sucre, extrait de l'écorce de bouleau. PHOTO : Getty Images
Sur le vif, ICI Première.
Sur le vifPublié le 12 juillet 2018

Québec et Ottawa viennent d'annoncer un investissement de plus 17 millions de dollars pour mettre sur pied une usine pilote de production de xylitol à Thurso. Le Xylitol c'est un agent édulcorant, dérivé d'un sucre qui vient du bois.

Les utilisations de cet édulcorant sont nombreuses, autant dans le domaine agroalimentaire que dans le domaine pharmaceutique. Sa valeur calorique est plus faible que le sucre blanc et on l'utilise aussi pour la santé dentaire!

« Le xylitol inhibe la croissance de certaines bactéries dans la bouche qui sont responsables de la formation des caries. [...] Dans les gommes à mâcher, on va réduire la quantité de sucre, on va éviter d'avoir une réponse glycémique pour les diabétiques et en plus on va inhiber la croissance de ces bactéries qui forment des caries.  »

— Une citation de  Nicolas Bordenave, professeur de biochimie des aliments à l'Université d'Ottawa

Selon Nicolas Bordenave, professeur de biochimie des aliments à l’Université d’Ottawa, les plus gros avantages de cet édulcorant sont la quasi-absence de réponse glycémique, la diminution de l'apport calorique et le goût qui se rapproche beaucoup du sucre blanc.

« Il faut ajouter un petit bémol, le Xylitol a un effet frais dans la bouche, ce qui fait qu'il va très bien avec des gommes à mâcher, mais pas très bien avec le chocolat et les produits pâtissier. Il sera essentiellement limité à la confiserie et la gomme à mâcher.  »

— Une citation de  Nicolas Bordenave, professeur de biochimie des aliments à l’Université d’Ottawa