•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Sur le vif, ICI Première.
Sur le vif, ICI Première.
Rattrapage du lundi 16 mars 2020

Entrevue avec une Gatinoise coincée en Espagne

Coronavirus: un retour au pays difficile à organiser

Publié le 17 mars 2020
Une main agite un petit drapeau du Canada alors qu'un homme portant un masque marche dans l'aéroport.
Un voyageur portant un masque arrive à l'aéroport Pearson de Toronto le 26 janvier 2020. PHOTO : Reuters / Carlos Osorio

Les Canadiens en terre étrangère sont priés de rentrer pendant qu'il est encore temps en raison de la fermeture des frontières du Canada aux étrangers. Mais revenir est plus complexe qu'on peut l'imaginer, comme l'a expliqué la Gatinoise Suzanne Barthe se trouvant en Espagne, un pays fortement touché par l'épidémie de la COVID-19.

Jointe au téléphone par Marie-Lou St-Onge, elle soulève les difficultés liées à l'organisation du voyage à la fois avec les transporteurs et les agences de voyage.

« C'est très complexe (...) le problème c'est de rejoindre la compagnie aérienne ou de rejoindre les gens à l'agence pour avoir de l'information ou de tenter de changer la date de notre retour »

—  Suzanne Barthe

Mme Barthe qui a loué un condo sur place jusqu'au 9 avril prochain retrace un quotidien fait de nombreuses restrictions, car les personnes sont confinées chez elle et ne peuvent sortir qu'en cas de nécessité.

« On se sent quand même coincé », fait-elle remarquer

« Moi, présentement, ce qui m'inquiète le plus, c'est que les aéroports ici en Espagne soient fermés »

—  Suzanne Barthe