•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Chronique franco-ontarienne avec Martin Normand

Sur le vif, ICI Première.
Audio fil du mardi 23 octobre 2018

Chronique franco-ontarienne avec Martin Normand

Les Franco-Ontariens ont-ils gagné lors des élections municipales?

Le drapeau franco-ontarien
Le drapeau franco-ontarienPHOTO : NULL
Sur le vif, ICI Première.
Sur le vifPublié le 23 octobre 2018

Hier soir, les Ontariens ont choisi ceux et celles qui allaient diriger les municipalités et les conseils scolaires à travers la province. Avec un peu de recul, que signifient les résultats pour les francophones de la région d'Ottawa?

Chronique franco-ontarienne avec Martin Normand, chercheur postdoctoral à la Chaire de recherche sur la francophonie et les politiques publiques à l'Université d’Ottawa.

Dans ce segment d'émission, il est entre autres question de la réélection facile et convaincante de Jim Watson à la mairie d'Ottawa. M. Watson a obtenu plus de 70 % du vote populaire, en dépit de ses positions sur la francophonie et le bilinguisme à la ville.

Martin Normand constate qu'il n'y avait pas vraiment d'options pour les francophones d’Ottawa puisqu'aucun candidat à la mairie n’a embrassé les enjeux francophones.

Jim Watson obtient un troisième mandat consécutif à la mairie d'Ottawa

Radio-Canada

Les francophones doivent trouver le moyen de forcer Jim Watson à rendre des comptes sur les enjeux de bilinguisme et de francophonie, soutient Martin Normand.

On apprenait récemment que la Ville n’a pas profité du financement fédéral à sa disposition pour financer les services en français, alors que le maire disait lui-même ne pas en faire la promotion faute de financement.

Du côté des conseillers municipaux, il y aura désormais moins de francophones autour de la table du conseil. Il y a maintenant deux francophones, Mathieu Fleury et Jean Cloutier.

« Le portrait global des conseillers autour de la table faisait en sorte que c'était difficile de faire progresser les enjeux linguistiques. »

— Une citation de  Martin Normand, chercheur postdoctoral à la Chaire de recherche sur la francophonie et les politiques publiques à l'Université d'Ottawa

Il faut admettre que certains élus francophones étaient plutôt tièdes à l'idée d'appuyer le bilinguisme de la ville. Il y a également très peu de changements autour de la table, puisque 16 conseillers ont été réélus.

Par contre, tous les maires dans Prescott-Russell sont francophones, il s'agit d'une donnée significative, selon Martin Normand.

« Ça démontre bien que là où il y a une concentration de francophones, c'est plus facile d'élire des candidats francophones. »

— Une citation de  Martin Normand, chercheur postdoctoral à la Chaire de recherche sur la francophonie et les politiques publiques à l'Université d'Ottawa

La victoire la plus significative pour les francophones dans l’Est ontarien est survenue à Cornwall. Bernadette Clément est devenue la première femme à diriger la municipalité et la première francophone en plus de 100 ans.

Martin Normand s'est fait accueillir en anglais seulement à Kontinuum.

Radio-Canada