•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

De sprinteur à bobeur  :  Seyi Smith retourne aux Jeux olympiques

Sur le vif, ICI Première.
Audio fil du jeudi 25 janvier 2018

De sprinteur à bobeur  :  Seyi Smith retourne aux Jeux olympiques

L'ancien sprinteur Seyi Smith retourne aux Olympiques dans un bobsleigh

Quatre hommes qui poussent un bobsleigh lors d'une compétition
L'équipe de canadienne de bobsleigh composée de Justin Kripps, Alexander Kopacz, Jesse Lumsden et Oluseyi Smith lors de la Coupe du monde de Winterberg en Allemagne. Dimanche 10 décembre 2017PHOTO : Associated Press / Caroline Seidel
Sur le vif, ICI Première.
Sur le vifPublié le 25 janvier 2018

Oluseyi « Seyi » Smith d'Ottawa a vécu l'expérience olympique lors des Jeux de Londres en 2012 en tant que sprinteur. Mais c'est en tant que bobeur qu'il participera aux Jeux olympiques de Pyeongchang.

Un texte de Guillaume Charbonneau

Seyi Smith est né au Nigéria et a déménagé au Canada en 1997 à l'âge de 10 ans. Il a toujours été un sportif polyvalent.

Plus jeune, il jouait entre autres au soccer et au volleyball, mais c'est en athlétisme qu'il a connu le plus de succès.

Il était un des meilleurs au pays et il s'est même qualifié pour les Jeux olympiques de Londres en 2012.

Seyi a tenté de retourner aux Jeux olympiques lors des qualifications de Rio en 2016, mais il a malheureusement échoué. Alors âgé de 28 ans, il décide d'accrocher ses souliers et de prendre sa retraite.

Oluseyi «Seyi» Smith d'Ottawa, membre de la délégation canadienne de bobsleigh qui participera aux Jeux olympiques de Pyeongchang.

Mike Ridewood / Comité olympique canadien

« J'ai raté les qualifications de Rio par 0.05 seconde. [...] Je sentais que je n'étais plus aussi rapide qu'avant et que je vieillissais », rapporte l'Ottavien qui demeure maintenant à Calgary.

Et voilà qu'en septembre dernier, il reçoit un appel inattendu de son ancien entraîneur, qui travaille maintenant avec Bobsleigh Canada.

L'organisation était alors en période de recrutement et croyait que Seyi avait les habiletés requises pour connaître du succès dans un bobsleigh.

« Je me suis dit : "Pourquoi pas?" », affirme Seyi, qui s'est rendu au camp de recrutement de l'équipe nationale. Sa rapidité, sa ténacité et son poids lui ont permis de se tailler une place dans un bobsleigh canadien.

Justin Kripps, Alexander Kopacz, Jesse Lumsden, Oluseyi Smith lors de la Coupe du monde de Bobsleigh à Whistler en Colombie Britannique.

La Presse canadienne / DARRYL DYCK

Seyi a réussi rapidement à s'adapter à son nouveau sport, grâce à la discipline et aux habiletés acquises en athlétisme.

« Bien sûr que les sports sont différents! Mais pour tous les athlètes, on a besoin de la même détermination pour gagner. »

— Une citation de  Seyi Smith, bobeur

En l'espace de quelques mois, Seyi a parfaitement complété sa transition et fait maintenant équipe avec Justin Kripps, un des meilleurs pilotes de bobsleigh au monde.

Seyi et ses coéquipiers ont même remporté une médaille d'argent lors de la Coupe du monde d'Innsbruck en Autriche le mois dernier. Le quatuor représente donc un espoir de médaille à Pyeongchang.

Moment de rédemption

Une deuxième chance. C'est ce que Seyi a obtenu mercredi lorsqu'il a été nommé sur la délégation canadienne de bobsleigh. Lors des Jeux olympiques de Londres en 2012, le rêve de Seyi s'était rapidement transformé en cauchemar.

Après avoir remporté la médaille de bronze avec l'équipe du relais 4x100 mètres, les quatre Canadiens avaient été disqualifiés. Pendant la course, un des coéquipiers de Smith avait en effet touché la ligne intérieure de son couloir, et l'équipe canadienne avait alors perdu sa médaille olympique.

Oluseyi Smith qui pleure dans le drapeau canadien après la disqualification de l'équipe canadienne au relais 4x100 mètres lors des Jeux olympiques de Londres en 2012. Samedi, 11 août 2012 THE CANADIAN PRESS/Ryan Remiorz

La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Six ans plus tard, Seyi a à nouveau la chance de réaliser son rêve. Puisqu'il arrive à Pyeongchang parmi une des équipes favorites de la compétition, il pourrait très bien monter sur le podium pour enfin recevoir une médaille olympique.

« Pour moi, c'est une chance de retourner [aux Olympiques] et de finir tout ce que je n'ai pas pu faire en 2012. »

— Une citation de  Seyi Smith, bobeur

Seyi est certainement très excité à l'idée de retourner aux Jeux olympiques, mais il sait très bien qu'il doit être patient. Il est mieux placé que quiconque pour savoir que rien n'est gagné d'avance. Mais il ne cache pas que son but est de monter sur le podium et de prouver qu'il peut être un des meilleurs athlètes au monde.

D'ici là, il tentera de contenir ses émotions et de seulement donner le meilleur de lui-même lors des complétions qui se dérouleront les 24 et 25 février.

Une dernière fois?

Puisque l'athlète est maintenant âgé de 30 ans, est-ce que les Jeux olympiques de 2018 seront ses derniers?

« Mon employeur a été très bon pour moi. Il m'a permis de travailler à temps partiel pour me permettre d'exercer l'athlétisme et maintenant le bobsleigh. Pour les remercier, je crois que je vais vivre une petite vie tranquille et être un bon ingénieur après Pyeongchang. Mais, c'est ce que je dis aujourd'hui. Qui sait ce qui se passera après les Jeux », lance l'athlète d'Ottawa avec un sourire dans la voix.