•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

La Chaire en éco-conseil et le dossier des boues rouges

Style libre, ICI Première.
Audio fil du lundi 26 février 2018

La Chaire en éco-conseil et le dossier des boues rouges

Résidus de bauxite : le chercheur de l'UQAC, Claude Villeneuve, se veut rassurant

Le site actuel de résidus de bauxite près du complexe Jonquière
Le site actuel de résidus de bauxite près du complexe JonquièrePHOTO : Radio-Canada
Style libre, ICI Première.
Style librePublié le 26 février 2018

Le comité de citoyens pour un Vaudreuil durable déplore que la Chaire en éco-conseil de l'Université du Québec à Chicoutimi ne s'implique pas dans le dossier de l'agrandissement du site d'entreposage de boues rouges de Rio Tinto.

Depuis l’annonce du projet, plusieurs citoyens s’inquiètent de l’émission des poussières émanant des résidus de bauxite.

Le directeur de la chaire, Claude Villeneuve, explique que les poussières de boues rouges ne sont pas toxiques.

« Ce n’est pas des poussières qui sont dangereuses pour la santé. C’est moins dangereux que les poussières qui vont résulter d’un feu de bois par exemple où il y a des particules qui sont beaucoup plus petites qui peuvent rester dans les poumons. Les particules de boues rouges ne restent pas dans les poumons », souligne Claude Villeneuve, le directeur de la chaire en éco-conseil.

Claude Villeneuve indique que la mission première de la chaire est de lutter contre les changements climatiques et non de se positionner sur des débats entourant l'écologie industrielle.

La Chaire en éco-conseil n’a donc pas l’intention de s'immiscer dans le dossier.