•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Les Jardins Bio-forestiers Girardville lancent un appel à l'aide

Style libre, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 13 août 2020

Les Jardins Bio-forestiers Girardville lancent un appel à l'aide

Un agriculteur de Girardville lance un cri du coeur

Plantation de choux.
Plantation de choux.PHOTO : Radio-Canada
Style libre, ICI Première.
Style librePublié le 14 août 2020

La pénurie de main-d'oeuvre se fait cruellement sentir aux Jardins Bio-forestiers de Girardville. Le propriétaire, David Lespérance, est obligé d'abandonner des champs en raison du manque d'employés.

Jusqu’à maintenant, M. Lespérance a dû détruire un hectare de choux, entre 30 % et 40 % des récoltes de zucchini, des carottes et plusieurs autres légumes.

Il a dernièrement fait un appel à l’aide sur Facebook, demandant l’appui des citoyens pour sauver le plus de récoltes possible.

Chaque bras est important, chaque personne, lance David Lespérance. J’essaye autant que possible que ce soit une belle ambiance, le monde se fait du fun. Je ne suis pas quelqu’un qui se laisse décourager facilement. Je suis capable d’abandonner un champ et d’être heureux là-dedans.

En temps normal, le propriétaire des Jardins Bio-forestiers aurait dû recevoir l’aide de travailleurs étrangers. Cela s’est révélé impossible en raison de la pandémie.

Des mauvaises herbes

La pluie abondante des dernières semaines n’a pas remédié aux problèmes de David Lespérance. Les champs sont maintenant remplis de mauvaises herbes qui risquent de rester pour les prochaines années.

Dans un champ, quand il commence à avoir de la mauvaise herbe, il faut prendre une décision rapidement avant qu'elle prenne, explique M. Lespérance. Si t’attends, tu perds ton champ pour plusieurs années où tu ne pourras plus rien mettre dedans.

L’agriculteur demande à la population d’encourager les entreprises locales en achetant des produits québécois à l’épicerie.

Quand on parle d’acheter local, c’est vraiment vraiment important, mentionne-t-il. Achetez les produits du Québec. C’est la chose qui va nous aider le plus.