•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Style libre, ICI Première.
Style libre, ICI Première.
Rattrapage du lundi 10 février 2020

GNL a des millions pour les bélugas

Robert Michaud émet des réserves sur le fonds annoncé par GNL Québec

Publié le 10 février 2020
Robert Michaud, directeur scientifique du GREMM
Robert Michaud, directeur scientifique du GREMMPHOTO : Radio-Canada / Jean-François Bouthillette

Le président du Groupe de recherche et d'éducation sur les mammifères marins (GREMM), Robert Michaud, accueille avec prudence l'annonce de GNL Québec d'investir cinq millions de dollars dans un programme de gains sonores.

Le promoteur du projet Énergie Saguenay a annoncé lundi qu'il s'engage à créer un fonds pour réduire le bruit dans le fjord du Saguenay.

Selon Robert Michaud, la réduction du bruit des navires utilisés par l'usine de liquéfaction de gaz naturel risque de faire partie de toute façon des conditions environnementales qui devront être respectées pour pouvoir aller de l'avant.

« Si ces études scientifiques-là venaient à donner des indications qui pourraient donner le feu vert à un tel projet, on peut imaginer qu'il y aura des conditions. Et ces conditions-là seront peut-être difficiles à rencontrer et à ce moment-là GNL aura sûrement des gestes assez significatifs à faire pour rencontrer les exigences nécessaires. Alors, ce n'est pas comme un fonds pour aider les bélugas, ce serait des investissements que GNL aurait à faire. »

—  Robert Michaud, président du GREMM

De plus, il ne croit pas que le montant de 5 M$ sera suffisant pour répondre à la tâche.

Robert Michaud voit également un lien entre cette annonce et celle sur le financement d'une étude universitaire sur le gaz naturel renouvelable. Même si la première est plus dans le champ d'action de l'entreprise, selon lui, elles contribuent toutes deux à gagner l'acceptablité sociale du projet.

« Ça ressemble à des distributions de cadeaux quand même. Donc, les gens de GNL ont une équipe de marketing qui est très très agressive présentement et je pense qu'ils devraient être un peu plus en retrait parce que, rappelons-le, ils sont devant les évaluations environnementales et sociales qui sont sérieuses, qui sont importantes. Et l'issue de ça ne devrait pas dépendre de la qualité et de la grosseur des cadeaux qu'ils peuvent faire à gauche et à droite. »

—  Robert Michaud, président du GREMM

Le président du Groupe de recherche et d'éducation sur les mammifères marins dit d'ailleurs avoir vu passer des offres de financement de GNL Québec pour des recherches sur le béluga.