•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Samedi et rien d'autre, ICI Première.
Samedi et rien d'autre, ICI Première.
Rattrapage du 12 juin 2021 : Île d’Anticosti et Harry Potter

Entrevue avec Marianne Chaillan : Y a-t-il une génération Harry Potter?

Harry Potter, une œuvre qui touche toutes les générations

Publié le 12 juin 2021
Un jeune garçon (Daniel Radcliffe) porte un chapeau pointu sur la tête.
Harry Potter à l'école des sorciersPHOTO : Warner Bros.

Vingt ans après la sortie du premier film et presque 25 ans après celle du premier livre, les aventures de Harry Potter continuent de fasciner les gens. Les ventes des livres ont augmenté de 7 % en 2020, et un magasin de quatre étages bourrés d'articles du sorcier de Poudlard vient d'ouvrir ses portes sur la rue Broadway, à New York. Existe-t-il une « génération Harry Potter »? Marianne Chaillan, auteure de Harry Potter à l'école de la philosophie, paru en 2013 aux Éditions Ellipses, en discute avec Joël Le Bigot, qui fait partie de la maison Gryffondor après avoir réalisé le test du Choixpeau magique.

La professeure de philosophie au lycée Saint Joseph de la Madeleine, à Marseille, a relu les livres et revu les films de la série et y a relevé des références à la philosophie classique. « Quand on entre à Poudlard, on apprend non pas simplement des cours de défense contre les forces du mal, on n’apprend pas des sortilèges, mais on apprend aussi des sortilèges philosophiques platoniciens, stoïciens, sartriens, et puis j’ai trouvé une philosophie propre de la saga, sur la thématique de la finitude. »

« C’est un livre très profond, et ce n’est pas pour rien qu’aujourd’hui encore il connaît tant de succès, parce qu’il possède en lui-même tant de pépites philosophiques. »

—  Marianne Chaillan, auteure et philosophe

Les membres de l’équipe de Samedi et rien d’autre ont entre 25 et 75 ans et aiment tous d’une manière ou d’une autre l’univers de Harry Potter. « Harry Potter, c’est un peu comme Poudlard. Chaque année, il y a une nouvelle génération qui entre », explique Marianne Chaillan.