•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Samedi et rien d'autre, ICI Première.
Samedi et rien d'autre, ICI Première.
Rattrapage du 30 janv. 2021 : Le REM de l’Est de Montréal et les vaccins pour la COVID-19

Entrevue avec Marc-André Carignan : L’impact du REM de l’Est de Montréal

Les enjeux soulevés par le REM sur l’Est de Montréal

Publié le 30 janvier 2021
Le type de station du Réseau express métropolitain qui apparaîtra sur la rue Notre-Dame
Le type de station du Réseau express métropolitain qui apparaîtra sur la rue Notre-DamePHOTO : Caisse de dépôt et placement du Québec

Dans une lettre publiée dans le journal La Presse (Nouvelle fenêtre), le chroniqueur en politique, en affaires municipales et en développement urbain Marc-André Carignan critique le développement du Réseau express métropolitain (REM) sur l'Est de Montréal. « L'idée est non pas de s'opposer au projet, mais de le tirer vers le haut, de le bonifier avec quelques recommandations », affirme-t-il.

Marc-André Carignan regrette que ce projet se concentre uniquement sur le transport et mette de côté les infrastructures urbaines. « Il y a un manque de raffinement dans tout ça », déplore-t-il.

Le REM sera constitué de 32 km de voies et de 23 stations. Un train électrique extérieur sur rails en hauteur partirait de la gare Centrale au centre-ville vers Montréal-Nord et Pointe-aux-Trembles, des zones fortement urbanisées, « des secteurs hypersensibles », précise Marc-André Carignan, qui soulève des enjeux architecturaux, paysagers, sociaux et immobiliers.

« La Caisse de dépôt semble avoir de belles intentions […] mais en ce moment, est-ce qu’on a toutes les conditions favorables pour réussir ce projet? Pour l’instant, la réponse est non parce qu’il y a un certain manque de transparence, car il faut aller plus loin. »

—  Marc-André Carignan