•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Samedi et rien d'autre, ICI Première.
Samedi et rien d'autre, ICI Première.
Rattrapage du 14 nov. 2020 : Le BAPE et le regard de Bertrand Piccard sur notre monde

Entrevue avec Louis-Gilles Francoeur : Le BAPE dans la tourmente

Le BAPE dans la tourmente

Publié le 14 novembre 2020
Vue de machineries lourdes et de travailleurs dans le puits principal du chantier.
Visite du chantier de la future station Edouard-Montpetit du REM.PHOTO : Radio-Canada

Le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) a rendu plusieurs décisions sur le tramway de Québec, sur l'affaire GNL Québec au Saguenay et sur le Réseau express métropolitain (REM) à Montréal, qui ont irrité bon nombre d'acteurs politiques et sociaux. « Je pense que le BAPE demeure un outil essentiel dans la démocratie directe, parce qu'il permet aux citoyens de participer aux décisions gouvernementales », dit le journaliste spécialisé en environnement Louis-Gilles Francoeur, qui a également été vice-président du BAPE, de 2012 à 2017.

« Le BAPE, on lui demande d’être, en quelque sorte, une aide à la décision gouvernementale. […] Il doit regarder le dossier sous les angles écologique, social et économique. »

—  Louis-Gilles Francoeur

Le journaliste reproche à certains ministres et à des intervenants des milieux concernés de tirer des conclusions « qui sont normalement le résultat d’une enquête indépendante, alors que le travail n’est pas commencé ».