•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Samedi et rien d'autre, ICI Première.

L’Afrique, ce continent méconnu qui s’affirme de plus en plus

Publié le 17 octobre 2020
Un homme regarde son téléphone alors que se profile derrière lui Luanda, en Angola.
Un homme regarde son téléphone à Luanda, en Angola.PHOTO : Getty Images / RODGER BOSCH

Dans sa chronique de la semaine dernière, Stéphane Garneau nous présentait l'univers de la télévision en Afrique, un sujet rarement abordé dans l'actualité nord-américaine. Selon plusieurs observateurs africains, il ne faut pas résumer l'Afrique à une histoire unique. Pour beaucoup de Nord-Américains, c'est comme si l'Afrique n'existait pas. Comment les Africains se définissent-ils? Y a-t-il une Afrique ou des Afriques? « On parle de l'un des plus grands continents en matière de superficie et l'un des plus peuplés », mentionne Alain Foka, journaliste à Radio France internationale (RFI) et documentariste, qui fait remarquer qu'on « a entretenu une image unique [...] de l'ensemble de ces Noirs qui vivent dans la forêt ou dans le Sahel et qui vont à la rivière puiser de l'eau ».

Les jeunes Africains se définissent par leur continent avant de mettre de l’avant leur pays. « Lorsque pendant longtemps on vous a mis dans le même panier, on vous a traité de la même façon, ça crée un sentiment d’unité forcément », précise le journaliste. Selon lui, les Africains ont envie de « faire face aux grands ensembles qui, très souvent, ont été de grands ensembles coloniaux ». Ils veulent en finir avec les « complexes » et les « clichés ».

« Voici comment nous sommes, malgré notre diversité, malgré nos changements. »

—  Alain Foka, journaliste