•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Samedi et rien d'autre, ICI Première.
Samedi et rien d'autre, ICI Première.
Rattrapage du 30 mai 2020 : La vieillesse au cinéma et l'avenir du télétravail

Entrevue avec Diane-Gabrielle Tremblay : L'avenir du télétravail

Que restera-t-il du télétravail après la pandémie?

Publié le 30 mai 2020
Un clavier, une souris d'ordinateur, un ordinateur et des écouteurs sur une table.
Les trois quarts des Canadiens convertis au télétravail durant la pandémie affirment vouloir poursuivre cette pratique selon un sondage réalisé auprès de 500 Canadiens. PHOTO : Radio-Canada / Olivia Laperrière-Roy

Relativement marginal avant la pandémie, le télétravail est devenu plus courant lors du confinement. Pur bonheur pour certains, casse-tête pour d'autres, ce phénomène met la pression sur les réseaux Internet, mais aussi sur les employés et les patrons. Au micro de Joël Le Bigot, Diane-Gabrielle Tremblay, professeure de gestion des ressources humaines à l'École des sciences de l'administration de l'Université TÉLUQ, explique que le télétravail gagnerait à persister dans une certaine mesure après la fin du confinement.

Selon la professeure, les entreprises devraient opter pour un modèle hybride, en permettant aux salariés de travailler de la maison à certains moments, sans que ce soit nécessairement à plein temps.

« La plupart des gens, même auparavant, souhaitaient faire du télétravail deux ou trois jours par semaine, mais c'est autre chose de le faire à plein temps. »

—  Diane-Gabrielle Tremblay, professeure de gestion des ressources humaines à l'École des sciences de l'administration de l'Université TÉLUQ