•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Samedi et rien d'autre, ICI Première.
Samedi et rien d'autre, ICI Première.
Audio fil du samedi 2 février 2019

Entrevue avec le Dr Julien : Les alternatives au Ritalin

Surmédication des enfants : les idées du Dr Julien pour renverser la vapeur

Publié le 2 février 2019
Le Dr Gilles Julien
Le Dr Gilles JulienPHOTO : Radio-Canada / Mathieu Arsenault

« Il faut considérer la situation de l'enfant dans son ensemble et agir sur tous les fronts plutôt que de recourir à la seule médication. » Voilà, selon le Dr Gilles Julien, l'approche à adopter pour éviter que s'accentue la surmédication actuelle des enfants, dénoncée cette semaine dans une lettre ouverte signée par plus de 45 pédiatres québécois.

Se réjouissant de la prise de parole des pédiatres qui s'inquiètent de la surmédication des jeunes Québécois présentant des symptômes s’apparentant au trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH), le réputé Dr Gilles Julien abonde dans le même sens. Selon ce groupe de pédiatres, le problème serait dû, entre autres, à des diagnostics erronés ou incomplets à cause d’un manque de ressources pour bien évaluer les problèmes vécus par les enfants.

« Il faut pouvoir repérer toutes les sources de stress dans l'environnement de l'enfant, que ce soient les mauvaises conditions de vie, la trop forte exposition aux écrans ou la présence de violence. On sait aussi que les cas de TDAH ont possiblement augmenté en raison de la présence de pesticides dans certains produits d'alimentation. Si on n’agit pas sur tous ces facteurs, on risque de passer à côté du vrai problème et de continuer à surmédicamenter. »

—  Le Dr Gilles Julien, pédiatre et père de la pédiatrie sociale au Québec

« Tout se joue au début de la vie de l’enfant », rappelle-t-il. Les médecins, selon ce que prône le pédiatre, devraient réapprendre à travailler de pair avec les ressources de la communauté et avec les familles afin d'éviter que la seule option à leur portée soit la prescription de médicaments.

Pour lui, une chose est sûre, « la déclaration de ces pédiatres est un vrai vent de fraîcheur ».