•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Samedi et rien d'autre, ICI Première.
Samedi et rien d'autre, ICI Première.
Audio fil du samedi 26 janvier 2019

Entrevue avec Louis Fortier : Le Canada et le Nord magnétique

Le Canada va-t-il perdre son pôle Nord?

Publié le 26 janvier 2019
Une carte du pôle Nord
Le modèle magnétique mondial sera mis à jour à la fin du mois de janvier. Ce modèle constitue la base du sytème de navigation moderne dont les systèmes de gestion des navires en mer jusqu’à l’application Google Maps.PHOTO : Mioara Mandea

Le pôle magnétique, qui a été longtemps situé dans l'archipel Arctique canadien, se déplace en direction de la Sibérie. « Le phénomène est causé par le noyau central de la Terre, qui est entouré d'une couche liquide créant des courants dans le magma, et donc des fluctuations magnétiques », explique Louis Fortier, océanographe à l'Université Laval.

Les observations des scientifiques montrent que le pôle magnétique se déplace de plus en plus rapidement depuis le début des années 90, s'éloignant d'une distance pouvant aller jusqu'à 50 kilomètres par année. Rien de bien étonnant, car ce n'est pas la première fois qu'un tel phénomène se produit dans l'histoire.

« Au fil des ères géologiques, il y a eu régulièrement des inversions du champ magnétique, explique Louis Fortier. Le pôle Nord et le pôle Sud pourraient donc s'interchanger. La chose se produit en moyenne tous les 400 000 ans. Rien de tel n'est arrivé depuis 780 000 ans. Un renversement du genre ne se fait évidemment pas du jour au lendemain, mais sur plusieurs milliers d’années. »

Quelles répercussions pour les humains?

Selon Louis Fortier, le déplacement du pôle magnétique n'a pas beaucoup de conséquences pour l’être humain à l'ère moderne. Cela a été la principale question scientifique pour les navigateurs des autres siècles, mais cette époque est bel et bien révolue. « Comme la navigation ne s’appuie plus sur un repérage du pôle Nord, mais sur des GPS qui prennent en compte la déclinaison magnétique, les bateaux peuvent voguer sans trop s'en inquiéter. »