•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Un engouement pour l'haltérophilie après les Olympiques

Région Zéro 8
Rattrapage du mardi 31 août 2021

Un engouement pour l'haltérophilie après les Olympiques

Un engouement pour l'haltérophilie après les Olympiques

L'haltérophile canadienne Maude Charron porte une barre par-dessus ses épaules.
La performance de la Québécoise Maude Charron a créé un engouement cet été.PHOTO : Radio-Canada / Chris Graythen
Région Zéro 8
Région zéro 8Publié le 31 août 2021

Cette discipline sportive a connu ses heures de gloire lors des Jeux olympiques à Tokyo. Le président du club d'haltérophilie Héraclès Mario Robitaille rapporte que les performances sur la scène olympique suscitent souvent un nouvel intérêt.

C’est sûr que ça a un impact parce que les jeunes voient des modèles. C’est souvent comme ça que le rêve naît, avec un athlète. Un jeune voit ça et veut découvrir un nouveau sport, indique-t-il.

Mario Robitaille mentionne en exemple la médaille d’or remportée par la Québécoise Maude Charron. Cependant, il souligne que cette athlète, qui a commencé l’haltérophilie il y a seulement quelques années, a progressé plus rapidement puisqu’elle avait déjà développé sa musculature, sa flexibilité et sa force grâce à la gymnastique et au CrossFit.

C’est sûr que le stade de développement, au début, quand l’athlète a environ 13-14 ans, le niveau d’intensité des charges est très faible parce que l’athlète n'est pas encore préparé, explique Mario Robitaille. Une préparation pour devenir un athlète au niveau international, ce n’est pas loin d’une dizaine d’années.

Pour écouter l'entrevue complète, cliquez sur l'audiofil.

Le club Héraclès reprend toutes ses activités en septembre, avec les mesures sanitaires. Mario Robitaille espère bientôt retrouver l’esprit de groupe présent lors des entraînements et des compétitions, et qui n’a pas été facile à vivre depuis la pandémie.

Ce qui fait quand les compétitions se font en virtuel, c'est-à-dire devant une caméra et quelques observateurs, le niveau de motivation n’est pas le même. Ça demande un nouveau défi pour ça, croyez-moi, pour l’avoir vécu, affirme-t-il, lui qui a d’ailleurs récemment reçu sa médaille de bronze pour les derniers championnats du monde Masters.