•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le SEUAT espère une rentrée «le plus normal possible»

Région Zéro 8
Rattrapage du mercredi 11 août 2021

Le SEUAT espère une rentrée «le plus normal possible»

Le SEUAT espère une rentrée « la plus normale possible » et des « mesures claires »

Des pupitres dans une classe vide
Le président du Syndicat de l’enseignement de l’Ungava et de l’Abitibi-Témiscamingue, Yvan Dallaire, croit que les enseignants pourront s'adapter rapidement si des cours doivent se donner à distance à nouveau (archives).PHOTO : CBC/Evan Mitsui
Région Zéro 8
Région zéro 8Publié le 11 août 2021

Le président du Syndicat de l'enseignement de l'Ungava et de l'Abitibi-Témiscamingue espère une rentrée scolaire la plus normale possible.

Quelques semaines avant le début des cours, Yvan Dallaire souhaite que les enseignants puissent travailler avec le ministre de l'Éducation du Québec, pour recevoir des consignes claires pour s’ajuster en cas de hausse de cas de COVID-19 dans les écoles.

Le ministre Jean-François Roberge a annoncé aujourd'hui (mercredi) que le port du masque sera obligatoire pour les élèves du primaire et secondaire dans certaines circonstances seulement comme dans les aires communes et dans les autobus scolaires.

Les enseignants pourront aussi retirer le masque en classe à condition qu’ils maintiennent une distance de deux mètres avec les élèves.

Yvan Dallaire se dit toutefois déçu des nouveaux délais pour la réception des lecteurs de dioxyde de carbone (CO2) qui doivent aider à prévenir la transmission de la COVID-19.

C’est très très décevant que cet objectif-là ne soit pas atteint avant le mois de décembre. En même temps, on trouve qu’il n’est pas normal du tout que le personnel qui œuvre dans les écoles ne sache pas s’ils travaillent dans un milieu où la qualité de l’air respecte les normes minimales de la santé publique ou non, dit-il.