•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Déménagement  :  le FRAPRU à la rescousse

Région Zéro 8
Rattrapage du jeudi 1 juillet 2021

Déménagement  :  le FRAPRU à la rescousse

Déménagement : le FRAPRU rappelle que des mesures d'aide existent pour les locataires

Une affiche accrochée à un immeuble sur laquelle est écrit : logement à louer, complet.
Un immeuble à logementsPHOTO : Radio-Canada / Ivanoh Demers
Région Zéro 8
Région zéro 8Publié le 1 juillet 2021

Les grandes familles sont le groupe qui a le plus de difficultés à se trouver un logement abordable en région, comme l'explique Véronique Laflamme, porte-parole pour le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU).

À Rouyn-Noranda et à Val-d'Or, on parle de 0,6 % et 0,5 % de taux d'inoccupation pour les trois chambres à coucher et plus. Donc c'est dire qu'il n'y en a pratiquement pas. C'est difficile pour les familles qui s'exposent, en plus, dans certains cas, à plus de discrimination lorsqu'elles sont plus nombreuses que d'autres. Plusieurs doivent se résoudre à aller dans un logement trop petit et ça, ça a des conséquences sur la santé physique et mentale et même sur le développement des enfants, souligne-t-elle.

Le taux d'inoccupation tourne autour de 1 % dans la région, et devrait être à 3 % pour être sur le seuil d’équilibre.

Pour écouter l'entevue complète, cliquez sur l'audiofil.

Le gouvernement du Québec a mis en place des comités d’aide d’urgence dans certaines régions, mais pas en Abitibi-Témiscamingue.

De l'aide financière

Il existe toutefois une aide pour les gens de la région qui sont toujours à la recherche d’un appartement abordable. Plus tôt au mois de juin, la ministre des Affaires municipales et de l'Habitation, Andrée Laforest, a annoncé une bonification de l'aide aux municipalités pour qu'elles soutiennent les ménages en difficulté.

L'annonce du gouvernement prend aussi la forme de suppléments aux loyers d'urgence, une aide financière qui permet aux locataires dans le besoin de débourser 25 % de leur revenu pour payer leur loyer.

Faut-il encore que les locataires sachent que cette aide-là est disponible. L'an passé, ce que l'on a constaté, c'est que sur les 1800 suppléments qui avaient été annoncés, il n'y en a aucun qui en avait été utilisé en Abitibi-Témiscamingue. C'est plutôt étonnant puisque l'on sait que les besoins sont là et qu'il y a un très bas taux d'inoccupation dans la région. Les témoignages de locataires et de familles qui peinent à trouver un logement sont nombreux. Donc on incite les locataires de la région à ne pas attendre, rapporte Mme Laflamme.

Les gens peuvent donc contacter la Société d’habitation du Québec au 1-800-463-4315 ou à leur office municipal d’habitation pour avoir accès à cette aide.