•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Région Zéro 8
Région Zéro 8
Rattrapage du vendredi 11 juin 2021

Electro-Doc, une entreprise de réparation d’électroménagers à domicile

Electro-Doc, une entreprise de réparation d’électroménagers à domicile pas comme les autres

Publié le 11 juin 2021
Un jeune homme manipule les fils derrière un four.
Félix Dion répare les électroménagers et lutte contre l'obsolescence programmée.PHOTO : gracieuseté

Les réparateurs d'électroménagers à domicile sont de plus en plus rares en Abitibi-Témiscamingue. Encore plus rares sont ceux qui veulent aider leurs clients à comprendre comment fonctionnent ces électroménagers, qui sont de plus en plus difficiles à réparer avec la venue de l'électronique. Une nouvelle entreprise de Rouyn-Noranda, Electro-Doc, souhaite lutter contre l'obsolescence programmée de ces appareils.

Souvent, lorsqu'on va sur un appel de service, ce qui se passe, c'est que l'appareil a souvent des troubles au niveau de l'entretien. Il y a souvent des pièces qui vont briser parce que les gens n'entretiennent pas nécessairement bien leur appareil ou l'installation parfois fait en sorte que ça nuit au rendement et à la durabilité de l'appareil. Les électroménagers, entre il y a 20 ans et aujourd'hui, ont énormément changé, donc la façon de les utiliser aussi change. Il y a parfois de petits mythes qu'il faut démentir, indique Félix Dion, propriétaire d'Electro-Doc.

À la fin de chaque intervention, les réparateurs remettent donc des recommandations aux clients. Pour les gros électroménagers, c'est vraiment un service qui se déroule à domicile pour deux raisons. Première des choses, pour accommoder la personne qui veut éviter de transporter des appareils, et deuxièmement, pour moi, technicien, ça va beaucoup mieux pour isoler et diagnostiquer l'appareil lorsque je vois l'installation, comment est-ce qu'elle est faite. Par exemple, un lave-vaisselle qui ne vidange plus l'eau, ce n'est peut-être pas un problème lié au lave-vaisselle, c'est peut-être le tuyau de renvoi vers la maison qui est obstrué. Donc quelqu'un qui m'amène son lave-vaisselle, je le teste et il semble bien aller, raconte-t-il.

Félix Dion souhaite ainsi lutter contre l'obsolescence programmée et éviter que des électroménagers se retrouvent dans l'environnement. Par exemple, un réfrigérateur standard de 18 pieds cubes qui se fait écraser chez le ferrailleur émettra dans l'atmosphère des halocarbures, aussi appelés frayons ou gaz, équivalents à une voiture ayant parcouru 17 000 kilomètres, selon Félix Dion.

Un réparateur est penché devant une laveuse à linge.

Les gros électroménagers sont réparés à domicile.

gracieuseté

De plus en plus, il y a des organismes comme Recyc-Québec qui semblent vouloir faire des démarches pour mieux gérer ça, parce qu'il en est plus que temps à mon avis. Mais c'est toute une logistique pour pouvoir mieux récupérer les appareils, mieux pouvoir en disposer, fait-il valoir. Il prône également la revalorisation, comme l'achat usager.

Félix Dion a appris son métier en touchant un peu à tout. C'est un métier qui regroupe plusieurs corps de métier. On parle d'électricité, d'électronique, d'électromécanique, plomberie, des notions de mécanique et de réfrigération, en un seul travailleur. Et ça, c'est sans l'aspect gestion, service à la clientèle, tout ça. J'ai eu la chance par le passé d'oeuvrer aussi dans le domaine de la vente, dans des magasins, ce qui fait en sorte d'avoir les deux façons de penser pour le client. En voyant des appareils neufs, j'étais curieux, ça arrivait que je démontais un appareil dans le magasin, dit-il.

J'ai pu me jumeler à une communauté qui s'appelle Cteq, la Corporation des techniciens en électroménagers du Québec, qui se sont formés d'eux-mêmes. On peut interagir ensemble par un portail web, sur un forum, où parfois quand on a des petites questions ou interrogations, on interagit entre nous et on s'entraide plutôt que de se voir comme des compétiteurs, ajoute Félix Dion.