•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Région zéro 8 ICI Première.
Région zéro 8 ICI Première.
Rattrapage du mercredi 12 mai 2021

Un séminaire sur la cartographie autochtone à l’UQAT

Un séminaire sur la cartographie autochtone à l’UQAT

Publié le 12 mai 2021
Le campus de Rouyn-Noranda de l'UQAT.
Le campus de Rouyn-Noranda de l'UQATPHOTO : Mathieu Dupuis

L'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) est l'hôte d'un séminaire virtuel sur la cartographie autochtone cette semaine.

L’idée, c’est vraiment de réunir virtuellement des chercheurs et des partenaires autochtones qui travaillent sur des enjeux territoriaux, pas uniquement sur la cartographie comme telle, mais on veut aussi discuter sur les relations territoriales, des enjeux qui sont déterminants pour les communautés autochtones au Québec, mais aussi ailleurs, indique Benoit Éthier, professeur à l’École d’études autochtones et responsable du Laboratoire de cartographie participative.

Exploitation des ressources ou documentation et transmission des savoirs territoriaux sont au menu. On a une belle brochette d’acteurs qui sont impliqués dans le séminaire, une trentaine de personnes en tout. Je dirais environ moitié-moitié chercheurs universitaires et partenaires autochtones, donc tous des gens qui travaillent de près sur les enjeux territoriaux, ajoute M. Éthier.

« La cartographie joue un certain rôle dans ce qu’on peut nommer la représentation du territoire, la documentation des représentations du territoire. On va traiter de ce thème-là de la cartographie, mais vraiment dans une lunette assez large. »

—  Benoit Éthier, professeur à l’École d’études autochtones

Il sera notamment question d’enjeux politiques, mais aussi de préservation des ressources. On va aussi traiter de tout ce qui a trait à la relation au territoire pour les Autochtones, donc les territoires ancestraux, les sites de portage, des sentiers ancestraux qui ont été empruntés par les communautés autochtones depuis des siècles et qui sont parfois détruits par l’industrie forestière, par exemple, indique le chercheur.

L’un des axes du séminaire est consacré à la toponymie. Ce sont des projets qui vont être discutés vendredi, surtout en région ici en Abitibi-Témiscamingue, même si ça touche plusieurs nations. C’est vraiment de mettre en valeur les toponymes, donc les noms donnés aux lieux par les Autochtones. On sait qu’il y a un riche bagage historique sur le territoire, affirme M. Éthier.

Les Autochtones ont toujours nommé le territoire, et là, il y a des toponymes non autochtones qui se sont superposés aux toponymes autochtones à travers le temps. C’est un peu de redonner vie aux noms autochtones qui ont été donnés sur le territoire, en Abitibi notamment, mais aussi dans d’autres régions au Québec, explique-t-il.

Le séminaire est accessible au grand public gratuitement via le site web de l’UQAT. L’événement se poursuit jusqu’au vendredi 14 mai.