•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Région zéro 8 ICI Première.
Région zéro 8 ICI Première.
Rattrapage du mardi 9 mars 2021

Peu d’espoir de reprise pour l’usine Résolu d’Amos  :  réaction du syndicat

Peu d’espoir de reprise pour l’usine Résolu d’Amos, le syndicat n'est pas de cet avis

Publié le 9 mars 2021
Renaud Gagné en conférence de presse
Le directeur québécois d'UNIFOR, Renaud GagnéPHOTO : Radio-Canada / Benoit Jobin

Le syndicat Unifor croit en l'avenir des usines d'Amos et Baie-Comeau de Produits forestiers Résolu.

Des propos de la direction de l’entreprise sur l’avenir des usines dans leur forme actuelle dans La Presse font réagir.

En entrevue à Des matins en or, Louis Bouchard, directeur principal affaires publiques et relations gouvernementales chez Produits forestiers Résolu indiquait que la baisse importante de la demande pour le papier journal représente un enjeu de taille.

Le directeur québécois du syndicat Unifor, Renaud Gagné, n’est pas prêt à lancer la serviette et souhaite qu’une solution soit trouvée pour l'usine fermée depuis le 19 avril 2020.

Je pense qu’on a une responsabilité par rapport à nos membres, les familles et la communauté de regarder toutes les options possibles et laisser au moins la chance au coureur parce que la communauté s’est mobilisée pour mettre sur pieds un comité de relance, réagit-il.

Il donne l'exemple de l'usine de Lebel-sur-Quévillon, fermée pendant une dizaine d'années avant de connaître une relance.

Je comprends qu’il y a des éléments qui sont connus. De la pâte Kraft c’est connue. C’est sûr que nos usines qui n’ont pas de la cogénération à partir de la biomasse, quand on regarde globalement, elles sont à peu près toutes fermées. Qu’est-ce qu’on peut faire à partir de ça?, affirme Renaud Gagné.

Une dizaine de personnes marchent dans le stationnement de l'usine d'Amos. Ils tiennent des drapeaux aux couleurs du syndicat d'Unifor.

Les travailleurs manifestent pour la sauvegarde des emplois dans le secteur forestier.

Radio-Canada / Annie-Claude Luneau

Il garde espoir de revoir les usines accueillir à nouveau les travailleurs.

Si Résolu ne veut pas l’opérer, la modifier pour d’autres produits pour toutes sortes de raisons qui les concernent, bien une chose est certaine c’est que la communauté, faudrait peut-être avoir l’usine pour un dollar et de voir avec des promoteurs ce qu’on pourrait faire pour faire autre chose, considère le directeur québécois du syndicat Unifor.