•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le PLQ et la charte des régions

Région Zéro 8
Rattrapage du mercredi 3 février 2021

Le PLQ et la charte des régions

Le PLQ souhaite développer une charte des régions

Dominique Anglade en point de presse à l'Assemblée nationale du Québec.
La cheffe de l’opposition officielle du Québec, la libérale Dominique Anglade, affirme que le gouvernement Legault doit « sortir du mur-à-mur et penser région par région », en ce qui a trait aux mesures pour contrer la pandémie. PHOTO : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel
Région Zéro 8
Région zéro 8Publié le 3 février 2021

La cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade, a précisé son idée d'une charte des régions pour le Québec.

Une consultation virtuelle se tiendra en mars prochain en Abitibi-Témiscamingue pour connaître les priorités régionales.

L'objectif de la tournée, c'est justement d'identifier quels sont les éléments clés de la région qu'on veut vraiment voir apparaître dans la charte, au-delà des principes qui ont été développés, précise-t-elle.

La cheffe libérale a donné quelques exemples des particularités qui pourraient être identifiées, comme le manque de places en garderie.

Ça permettrait peut-être de régler un problème dans la région, mais qui aurait une incidence considérable sur le fait que les gens puissent retourner au travail, sur la dynamique économique, la capacité d'attirer du monde et d'avoir des familles qui restent en Abitibi, cite-t-elle.

Elle nomme également l'exemple de la construction. On sait que ça coûte plus cher de bâtir en Abitibi-Témiscamingue que dans d'autres régions. Ça pourrait aussi être dans le domaine de redevances, nomme-t-elle en exemple.

L'ex-présidente de la CAQ a également admis que l'abolition des Conférences régionales des élus (CRÉ) en 2015 était une erreur.

En toute honnêteté, je pense que oui. Est-ce que c'était une erreur? Je pense qu'on a jeté le bébé avec l'eau du bain. Je pense que ce qu'on a fait, c'est qu'on a appliqué du mur-à-mur à l'époque, concède-t-elle.

On s'était demandé "les CRÉ, est-ce que ça fonctionne, est-ce que ça ne fonctionne pas?". Il y avait des endroits où ça ne fonctionnait pas du tout et il y avait des endroits où ça fonctionnait. Dans les décisions qui sont prises à Québec, c'est un exemple concret, on a dit "on abolit partout". Avec le recul, je pense qu'on doit se dire que c'est justement de type de décisions là qu'il faut revoir, ajoute Mme Anglade.

Pour écouter l'entrevue complète, cliquez sur l'audiofil.