•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La Pourvoirie des îles du lac Duparquet change de mains

Région Zéro 8
Rattrapage du lundi 21 décembre 2020

La Pourvoirie des îles du lac Duparquet change de mains

Mouk Mouk, le nouveau restaurant de la Pourvoirie des îles du lac Duparquet

Une poêle en fonte avec un oeuf et des tomates cerises confites.
Le nouveau restaurant de la pourvoirie, le Mouk Mouk, promet un menu pub et «comfort food chic».PHOTO : Pourvoirie des îles du lac Duparquet
Région Zéro 8
Région zéro 8Publié le 21 décembre 2020

La pourvoirie des îles du lac Duparquet a une nouvelle administration et un nouveau restaurant. Le chef Sébastien Marleau lance le restaurant Mouk Mouk, un hommage à l'île du même nom.

Même s’il n’est pas situé sur l’île en tant que telle, le chef tenait à faire un clin d'œil à l’histoire de la région dans le choix du nom de l’établissement. Ma famille est originaire de Duparquet, j’ai habité là longtemps, Rapide-Danseur aussi. Évidemment, pour ceux qui le connaissent, le lac Duparquet, c’est un lac qui est riche en histoire de toutes les sortes, qu’on parle autant des Autochtones, des premiers arrivants que des années 40-50, l’essor de la foresterie et des mines, souligne-t-il.

« Duparquet a toujours été un peu comme un centre névralgique et en nommant le restaurant Mouk Mouk, on voulait un peu redonner ses lettres d’honneur à l’île Mouk Mouk, qui est maintenant un peu abandonnée, mais qui reste un vestige des années folles. »

—  Sébastien Marleau, chef et propriétaire du Mouk Mouk

Le restaurant pourrait ouvrir ses portes dès le mois de janvier, juste au bon moment pour la saison de motoneige. On reste à l’affût des mesures sanitaires et de ce que le gouvernement nous permet ou pas de faire et on met un gros rush pour pouvoir ouvrir le plus rapidement possible, indique M. Marleau.

L’équipe devra relever le défi d’ouvrir un nouvel établissement en pleine pandémie. Je dirais que c’est un peu de folie, un peu de rêve, un peu de courage, un peu de témérité. La nécessité de se réinventer aussi. Ce n’est pas parce qu’on est en pandémie qu’il faut arrêter de rêver et d’avoir des projets, philosophe celui qui est aussi derrière le traiteur Tomate & Pesto.

Pour écouter l’entrevue complète, cliquez sur l’audiofil.

Comme le restaurant sera d’abord et avant tout un relais de motoneige, il comportera un côté plus casse-croûte. Mais on va vous le présenter d’une façon invitante, de façon chaleureuse. Un hamburger demeure un hamburger, mais il y a moyen de le présenter pour qu’il soit charmant. Il va y avoir de beaux déjeuners la fin de semaine. Le thème qu’on s’est donné, c’est lodge, chalet, réconfort, fait-il savoir.

Le chef se donne pour mission d’utiliser le plus possible des produits régionaux, notamment dans les plats à l’ardoise. On va s’éclater avec du gibier, les thématiques vont toutes avoir un lien avec la chasse, la pêche, ça demeure une pourvoirie. Pour le reste, c’est un comfort food chic, du mac n’ cheese, du fromage, des produits issus de mon fumoir géant que j’ai installé au bord du lac, laisse entendre Sébastien Marleau.