•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Région zéro 8 ICI Première.
Région zéro 8 ICI Première.
Rattrapage du vendredi 6 novembre 2020

Subventions pour la sécurisation culturelle des Premières Nations et des Inuits

Une formation de l'UQAT pour la sécurisation culturelle des Premières Nations et des Inuit

Publié le 6 novembre 2020
Un panneau sur lequel sont inscrites des directions.
Le gouvernement investit de l'argent pour adapter les soins de santé aux Premières Nations et aux Inuit. Les services de santé Anishnabe Peedigehn, à l'Hôpital de Maniwaki, s'adressent à la communauté autochtone.PHOTO : Radio-Canada / Yasmine Mehdi

Le gouvernement du Québec a annoncé ce matin un investissement de 15 millions de dollars pour la sécurisation culturelle des Premières Nations et des Inuit. Qu'est-ce que la sécurisation culturelle et quel est le rôle de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) dans ce plan?

Le ministre responsable des Affaires autochtones, Ian Lafrenière.

Le ministre responsable des Affaires autochtones, Ian Lafrenière, s'est félicité du lancement de ce plan baptisé "J'ai espoir".

Ivanoh Demers

Le ministre responsable des Affaires autochtones, Ian Lafrenière, nous explique.

La sécurisation culturelle, c’est quoi?

Ian Lafrenière indique que c’est un concept emprunté à la Nouvelle-Zélande. Par sécurisation culturelle, on vise à remédier au fait que les Premières Nations et les Inuit se sentent mal accueillis dans le réseau de la santé et des services sociaux.

Il y en a même qui me disaient qu’ils n’osaient même pas aller à l’hôpital par crainte de ne pas être bien traités ou bien reçus, explique Ian Lafrenière.

Le montant de 15 millions de dollars sera investi dans des formations obligatoires pour l’ensemble du personnel de la santé, souligne le ministre. La formation, mise au point par l’UQAT, sera adaptée dans tous les établissements où il y a une communauté autochtone à proximité.

La formation créée par l'UQAT :

Un deuxième élément très important du plan, ce sont les navigateurs, soit des personnes qui vont pouvoir accueillir, aider, comprendre la réalité des communautés autochtones qui ont besoin de soins de santé.

Au final, on veut que ce soit dans tout le réseau de la santé, et à chaque endroit, ça va être adapté à la réalité régionale, indique M. Lafrenière.

Le plan a été élaboré bien avant les derniers jours. M. Lafrenière raconte qu'il a poussé son équipe pour livrer le plan dans les délais les plus brefs, après que le premier ministre lui eut dit : Il faut que ça avance, à la suite de la mort de Joyce Echaquan, à Joliette. Tout le monde a vu ce qui se passait là. Peut-être que ça se déroulait déjà, mais là tout le monde a été vraiment touché et surtout choqué, dit Ian Lafrenière.

Le ministre Lafrenière a souligné qu’il se sentait très heureux par rapport à cette annonce, mais il reconnaît que le travail est loin d’être terminé. Je veux envoyer un message clair. Ce n’est vraiment pas la fin, c’est le début. C’est un premier pas qui va prendre l’adhésion de tout le monde.