•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La CAQ ne pourra pas connecter l’Abitibi-Témiscamingue à Internet haute vitesse

Région Zéro 8
Rattrapage du mercredi 7 octobre 2020

La CAQ ne pourra pas connecter l’Abitibi-Témiscamingue à Internet haute vitesse

Internet haute vitesse : Émilise Lessard-Therrien presse le gouvernement d'agir

La députée de QS pour Rouyn-Noranda–Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien
La députée de QS pour Rouyn-Noranda–Témiscamingue, Émilise Lessard-TherrienPHOTO : Radio-Canada
Région Zéro 8
Région zéro 8Publié le 7 octobre 2020

La députée solidaire de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien, presse la Coalition Avenir Québec d'agir dans le dossier de l'accès à Internet haute vitesse dans les régions du Québec.

Radio-Canada nous apprenait, mercredi matin, que la CAQ savait depuis au moins un an qu'elle n'arriverait pas à remplir sa promesse de brancher tous les foyers québécois à Internet haute vitesse avant 2022.

On voit que la CAQ fait peut-être preuve, encore, d'improvisation, dans un autre dossier, soit celui de l'Internet, déplore Émilise Lessard-Therrien. On avait pris des engagements qui ne seront finalement pas respectés. Le premier ministre a fait le tour du Québec cet été en martelant encore une fois que toutes les régions du Québec seraient branchées à Internet, et là on apprend ce matin que ça fait un an qu'ils savent qu'ils ne rempliront pas cet engagement-là. On aurait aimé qu'ils soient plus transparents dès le départ avec les citoyens du Québec.

En même temps, on n'est pas tellement surpris, parce que si on applique toujours la même formule, qui ne donne pas de résultat, ce serait étonnant qu'on arrive à quelque chose de probant à toujours répéter la même formule. Cette formule-là, c'est quoi? C'est de donner des subventions aux géants des télécoms pour qu'ils branchent les régions du Québec, et manifestement, ça ne se concrétise pas depuis des années. C'est pour ça qu'il faut revoir la formule. C'est pour ça que Québec solidaire a fait la proposition de créer un joueur public, qui s'appellerait Réseau Québec, qui permettrait de fournir une infrastructure publique de fibre optique pour brancher les régions du Québec, rappelle la députée.

Émilise Lessard-Therrien n'en revient pas des prix payés par certains internautes de la région. Il y a des gens qui nous interpellent au bureau qui payent des forfaits à 230 $ par mois pour arriver à faire du télétravail. Ça n'a pas de bon sens de payer ce prix-là, c'est ridiculement cher, lance-t-elle.

Québec solidaire souhaiterait donc développer un réseau de fibre optique public, notamment grâce aux installations déjà en place d'Hydro-Québec ou du Réseau d'informations scientifiques du Québec. L'idée, c'est d'aller compléter ce réseau-là avec de la fibre optique publique, et ensuite d'aller ajouter de la technologie sans fil, parce qu'on est bien conscient que dérouler de la fibre comme ça, c'est quand même des coûts importants, et il y a des secteurs qui sont un peu plus isolés où on peut procéder avec une technologie sans fil, dit-elle.

L'idée, c'est de garder le branchement pour des petits joueurs locaux, parce qu'il y a plusieurs MRC au Québec qui ont créé des OBNL ou de petites entreprises qui s'occupent du branchement. On ne veut pas leur couper l'herbe sous le pied, ce qu'on veut, c'est de leur fournir l'infrastructure et que ces OBNL et les MRC puissent compléter le branchement. La facturation serait faite par ces OBNL-là, mais l'infrastructure, elle serait fournie par le gouvernement, par la société. Ça permettrait aussi de casser les prix, parce qu'en intégrant un joueur public, ça fait de la concurrence, donc ça permet d'avoir une incidence sur le prix, poursuit-elle.

Émilise Lessard-Therrien rappelle que ce modèle existe déjà en Saskatchewan. « Ailleurs dans le monde, il y a des initiatives de la sorte qui font que les citoyens payent leur Internet beaucoup moins cher et qu'ils ont le service », fait-elle valoir.

Cette guerre entre les géants comme Bell ou Vidéotron ne se fait pas que dans la région, alors que Vidéotron s'est dite prête à collaborer avec le gouvernement pour accélérer les branchements. Moi, quand j'entends François Legault qui dit essayer de convaincre le PDG de Bell de sa collaboration, je me dis "mais quel manque de leadership"! Le gouvernement du Québec, c'est à toi de brasser la cage pour que ça se fasse. Je pense que c'est une autre bonne raison de faire l'indépendance du Québec, parce que demain matin, si le Québec est indépendant, ces compétences-là lui sont rapatriées, il peut réquisitionner les poteaux qui appartiennent à Bell et il peut développer son infrastructure publique, martèle Mme Lessard-Therrien.

Pour écouter l'entrevue complète, cliquez sur l'audiofil.