•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Une pétition pour subventionner les produits d’hygiène féminin durables

Région Zéro 8
Rattrapage du vendredi 15 mai 2020

Une pétition pour subventionner les produits d’hygiène féminin durables

Une pétition pour subventionner les produits d’hygiène féminine durables

Coupes menstruelles, serviettes et protège-dessous en tissu, culottes absorbantes... les alternatives aux tampons et aux serviettes hygiéniques sont plus populaires que jamais.
Coupes menstruelles, serviettes et protège-dessous en tissu, culottes absorbantes... les alternatives aux tampons et aux serviettes hygiéniques sont plus populaires que jamais.PHOTO : Radio-Canada
Région Zéro 8
Région zéro 8Publié le 16 mai 2020

Une Rouynorandienne a lancé une pétition en ligne (Nouvelle fenêtre) pour demander à la Ville de Rouyn-Noranda d'offrir une subvention pour les femmes qui se procurent des produits d'hygiène féminie réutilisables, comme des serviettes hygiéniques lavables, des sous-vêtements hygiéniques lavables ou des coupes menstruelles.

Présentement, la Ville de Rouyn-Noranda offre une subvention pour les couches lavables, explique Carolane Gagnon, initiatrice de la pétition. La Ville offre présentement un remboursement de 50 % à l'achat de couches lavables neuves, pour un maximum de 100 $ en subvention.

En faisant ses recherches, Mme Gagnon a constaté que plusieurs municipalités offraient aussi ce genre de subvention pour les produits d'hygiène féminine réutilisables. Je magasinais en ligne pour ces produits-là et mon panier montait quand même à des centaines de dollars, donc je trouvais ça assez élevé comme coût, puis j'ai découvert qu'il y a certaines municipalités, principalement dans la région métropolitaine de Montréal, qui offraient des subventions à l'achat de ces produits-là, raconte-t-elle.

Elle considère que ce geste écologique devrait être encouragé. On voit ça de deux côtés; une initiative écono-écolo. Écolo, d'une part, bien on se souvient que le 1er avril dernier, la Ville a malheureusement dû faire un rappel aux citoyens que les toilettes, ce ne sont pas des poubelles. Le réseau d'aqueduc est conçu pour traiter des déjections humaines et du papier de toilette, donc ce n'est pas pour des lingettes désinfectantes, des couches, des mouchoirs, des tampons ou des serviettes sanitaires. Malheureusement, il y a eu des blocages, souligne-t-elle.

« Quand on sait qu'en moyenne une femme utilisera 1500 de ces produits dans sa vie, c'est non seulement un désastre environnemental, mais il y a des coûts pour nous les femmes et pour la Ville, parce qu'elle doit gérer les bris et les obstructions que ça occasionne. »

—  Carolane Gagnon

Les tampons et serviettes hygiéniques prennent par ailleurs de 400 à 500 ans à se décomposer et contiennent des substances toxiques pour l'environnement. C'est certain que la Ville est présentement dans un virage vert, on vient de voir arriver le compost municipal, ça serait le fun qu'elle encourage l'achat de ces produits-là, élargir plus que pour les couches lavables, fait valoir Mme Gagnon.

C'est sûr que ces produits-là coûtent assez cher au début, c'est quand même amorti assez rapidement, mais quand on pense aux femmes qui ont un faible revenu, c'est pratiquement inimaginable pour elles de se procurer ce genre de produits-là, ajoute-t-elle.

Au moment d'écrire ces lignes, plus de 200 personnes avaient signé la pétition. Une iniative similaire a été lancée à Val-d'Or (Nouvelle fenêtre) pour demander à la MRC de la Vallée-de-l'Or de subventionner ces produits.