•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Étienne Beaulieu : Les rêves du ookpik

La fête « KWE! À la rencontre des peuples autochtones » est célébrée à la Place de l'Assemblée-Nationale.
La fête « KWE! À la rencontre des peuples autochtones » avait été célébrée à la Place de l'Assemblée-Nationale à Québec.PHOTO : Radio-Canada / Stéphanie Tremblay
Réfléchir à voix haute - Jean-Philippe Pleau.
Réfléchir à voix hautePublié le 14 février 2022

Le rêve occupe une place importante dans certaines communautés des premiers peuples. Étienne Beaulieu, auteur de l'essai Les rêves du ookpik, nous éclaire sur le sens donné aux rêves chez les Autochtones. Il dénonce aussi le fait que des Européens ne prennent pas au sérieux les rêves des Autochtones durant leurs premières rencontres avec ces peuples.

Pour ces Européens, les rêves étaient des songes inspirés par le diable et qu’il fallait chasser.

« Les Blancs, quand ils arrivent ici, ils se mettent à mépriser le fait que les Autochtones prennent leurs décisions en rêvant », dit Étienne Beaulieu.

Ce dernier trouve « ironique » le comportement des Européens, puisque ceux-ci se servaient de leurs propres rêves pour prendre des décisions dans l’Antiquité.

L’essayiste reste pour sa part très attaché aux rêves. Il nous raconte d’ailleurs un rêve « agressif » qu’il a fait alors qu’il se trouvait sur une réserve de Matane, et nous révèle le message qu’il en a retenu.