•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le marathon de Boston invite des victimes d’attentat

Première heure, ICI première.
Audio fil du mercredi 10 avril 2019

Le marathon de Boston invite des victimes d’attentat

Soigner le traumatisme par le marathon

Saïd Akjour  en studio.
En côtoyant des personnes ayant vécu un traumatisme comparable au sien, M. Akjour espère « aller chercher un peu d’énergie ».PHOTO : Radio-Canada / Alice Chiche
Première heure, ICI première.
Première heurePublié le 10 avril 2019

Le 29 janvier 2017, Saïd Akjour a reçu une balle dans l'épaule lors de la tuerie à la grande mosquée de Québec. Coureur régulier, il va participer le 15 avril prochain au marathon de Boston, où a eu lieu un attentat en 2013.

« Courir, c’est un remède, mais là, de courir avec d’autres victimes qui courent pour eux et pour les autres victimes, c’est un message d’espoir qu’on est encore là et qu’on est plus fort que la violence aveugle », confie Saïd Akjour.

Lors de cette course de 42 km, il mentionne qu’il aura une pensée spéciale pour une des victimes de l’attaque de la mosquée de Québec, Aymen Derbali. « Lui, il ne peut plus courir, il est en fauteuil roulant. »

Pour Saïd Akjour, le plus important est de compléter la course « en courant ». « Je n’ai pas de grandes attentes par rapport à cette course, l’importance pour moi, c’est de participer, d’avoir du plaisir », explique-t-il.

Il s’agira de son deuxième marathon à vie. Son premier était celui des Deux-Rives en 2014 et il raconte avoir songé à l’époque aux victimes de l’attentat du marathon de Boston.

« Mais quatre ans plus tard, j’avais l’occasion de rencontrer deux de ces victimes », glisse-t-il.

« J’ai dit oui sans hésiter. »

Sa participation à cette édition du marathon de Boston découle d’une rencontre. Celle avec Dave Fortier, survivant de l’attentat de Boston et président de l’organisme One World Strong.

M. Fortier s’était déplacé à Québec pour apporter son soutien aux victimes lors de la première commémoration du tragique évènement au Centre culturel islamique de Québec.

« Quand j’ai parlé avec Dave Fortier et que je lui ai dit que je courais aussi, il m’a dit qu’il allait m’inviter à courir le marathon de Boston. Mais c’était juste comme une blague », se remémore M. Akjour.

Mais quelques mois plus tard, l’invitation est devenue réelle. « J’ai dit oui sans hésiter », explique Saïd Akjour.

Après des semaines d’entraînement, il prendra la route pour Boston accompagné de trois amis qui iront le soutenir dans cet exploit sportif empreint de beaucoup de courage.