•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Première heure, ICI première.
Première heure, ICI première.
Audio fil du mercredi 6 juin 2018

Martine et le projet Hémisphères

Hémisphères, un projet pilote qui plaît dans les écoles de Québec

Publié le 6 juin 2018
Des enfants et leur enseignante dans une classe
Martine s’intéresse au projet pilote HÉMISPHÈRES qui vise à intégrer quotidiennement les arts et la culture à l’ensemble des projets éducatifs de plusieurs écoles.PHOTO : Radio-Canada / Martine Côté

Visant à intégrer davantage la culture et les arts à l'enseignement primaire et secondaire, le projet-pilote Hémisphères est applaudi par les intervenants des écoles de Québec dans lesquelles il a été implanté. Martine s'est rendue dans deux de ces écoles, ce matin, un an après le début du projet.

C’est Culture pour tous, l’organisme responsable des Journées de la Culture, qui est derrière l’implantation du projet éducatif dans dix écoles de la province, dont trois de la Commission scolaire de la Capitale, à Québec.

À l’école de l’Escabelle, à Neufchâtel, Hémisphères a notamment permis aux élèves de nourrir leur fibre artistique avec une sortie à un concert de l’Orchestre symphonique de Québec et la visite d’artistes en classe pour des ateliers.

Mais le projet-pilote vise aussi « à bâtir des liens avec la communauté et son milieu », précise la directrice adjointe de l’établissement, Nancy Bélanger. Elle donne l’exemple d’une activité où des élèves de 1ère année ont collaboré avec des gens d’une résidence de personnes âgées voisine. « L’école s’ouvre sur le quartier autour, ce qui ne se passait pas auparavant. »

Un an après le début du projet-pilote, Isabelle Déry, enseignante d’une classe de 3e année, croit que les jeunes « apprécient davantage les possibilités et les richesses de leur milieu ».

À l’école Marguerite-Bourgeoys, dans le quartier Saint-Sauveur, Hémisphère a permis d’enrichir des activités et initiatives déjà existantes, explique pour sa part Audrey Duval, enseignante d’une classe de 1ère année. « Ça amène un soutien financier que l'on a pas sinon pour faire vivre des activités de plus aux jeunes. »

Dans le cadre de la semaine de la sensibilisation à l’intimidation, par exemple, une troupe de danse est venue monter des chorégraphies sur le thème de l’affirmation de soi. Sorties au Grand Théâtre et au Palais Montcalm ont aussi été au menu, de même qu’un atelier de création de bandes dessinées avec un bédéiste. « Ça éveille une étincelle pour plusieurs élèves et ensuite il suffit de nourrir cela pour que ça continue », croit l’enseignante.

L’école de la Myriade, à Val-Bélair, fait également partie du projet-pilote qui se poursuivra l’an prochain.