•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Martine et le simulateur de vol

Première heure, ICI première.
Audio fil du lundi 5 mars 2018

Martine et le simulateur de vol

S'envoler sans quitter le sol avec le simulateur de Pascal Steffan

Vue intérieur d’un cockpit de Boeing 737
Pascal Steffan, un passionné d’aviation, a construit chez lui un véritable simulateur de vol. Il a consacré plus de 10 ans à la création de ce cockpit de Boeing 737.PHOTO : Radio-Canada / Martine Côté
Première heure, ICI première.
Première heurePublié le 5 mars 2018

S'envoler en Boeing 737 jusqu'à Trois-Rivières... sans avoir quitté la Côte-de-Beaupré! Le bricoleur Pascal Steffan, passionné d'aviation, a mis sur pied un simulateur qui offre une expérience immersive. Et pas besoin d'applaudir à l'atterrissage, précise-t-il.

C’est dans son sous-sol que Pascal Steffan a installé le cockpit qui reproduit avec précision l’habitacle d’un Boeing qui contient son simulateur. Grâce au logiciel CP3D que Lockhead Martin a racheté à Microsoft et beaucoup de programmation maison, l’expérience prend maintenant vie. Au final, on parle d’une dizaine d’années de travail et plus de 50 000 $ investis dans le projet.

« Le plus difficile a été de recueillir les morceaux, de faire de la recherche, pour savoir à quoi ça sert, pour savoir comment ça marche, savoir comment les souder », indique le passionné.

Pour la reconstruction, M. Steffan a fait l’acquisition de pièces d’avion qui sont entreposées dans des cimetières. C’est donc dire qu’il y a un travail de reconditionnement à faire avant de pouvoir procéder au réassemblage.

Une expérience à faire connaître

Avec son simulateur, Pascal Steffan souhaite que le public vienne tenter l’expérience de pilotage ou qu’il se familiarise avec le vol, comme certaines personnes sont inconfortables dans les avions.

Et les scénarios possibles avec le logiciel sont nombreux, pour davantage de réalisme.

« On peut programmer une panne de moteur, une panne hydraulique pour se mettre en situation réelle. Le but d’un simulateur est justement de tester nos habilités en cas d’urgence. Voler avec du soleil et par beau temps, ça n’arrive pas souvent. »